Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Sabalibougou : Un agent d’EDM tente d’évincer une vieille aveugle d’une parcelle à usage d’habitation

samedi 6 avril 2019

Fayine Samaké, âgée de 75 ans, handicapée (aveugle) de son état dont la maison a été totalement démolie à Sabalibougou par Abdoulaye Doumbia, comptable à l’Energie du Mali, a été plusieurs fois appelée devant le juge. Cette affaire persiste depuis 2002 et a été une fois de plus renvoyée jusqu’au 11 avril 2019.

« J’ai payé mon terrain (parcelle) depuis le temps de l’ancien Chef d’Etat, Modibo Keita. Et depuis on me considère comme l’une des premières habitantes dans le quartier Sabalibougou », a indiqué Fayine Samaké. Selon elle, au moment où, le nommé Abdoulaye Doumbia a fixé sa borne, qu’elle lui a dit de ne pas toucher à ce qui l’appartenait. « Quand il a fini de construire sa maison, c’est en ce moment qu’il a porté plainte contre moi en disant que j’occupe une partie de sa parcelle », a-t-elle précisé. Selon elles, les dossiers qu’il a présentés à la gendarmerie ne correspondaient pas aux miens. « Après, on est venu me faire quitter de force dans ma propre maison. Jusqu’au point de jeter du gaz quand j’étais à l’intérieure avant de démolir la maison », s’est-elle indignée. Et, tout porte à croire que c’est cet acte qui a provoqué la colère de la population de Sabalibougou, qui a démoli la maison de Abdoulaye Doumbia. « De plainte en plainte contre moi, Abdoulaye Doumbia va d’échec en échec, car chaque fois on me donne raison », a-t-elle ajouté.

A ses dires, cette affaire traine depuis plus de 15 ans et à chaque fois on lui donne raison. Mais Abdoulaye n’a jamais baissé les bras. « Le 28 mars 2019, on était appelé devant le juge du tribunal le commune V, mais l’affaire a été renvoyée pour le 11 avril 2019 », a-t-elle indiqué. Avant de lancer un appel d’aide et d’accompagnement de la population. « Je ne vois rien. Je n’ai pas de force. Seule Dieu est mon témoins et je mets mon espoir en lui », a-t-elle indiqué.

Le club de soutien de Fayine Samaké qui avait organisé un setting devant le tribunal de la commune 5 de Bamako pour apporter son soutien à la vieille, a son avis sur ce dossier. Moctar Coulibaly dit ATT junior, président dudit club et son porte-parole, Drissa Minminta, Activiste, ont indiqué qu’aux environs de 5 h du matin, une soixantaine d’éléments de la Garde nationale, de la gendarmerie et de la police nationale, accompagnée de quelques manœuvres sont venus démolir la maison de la vieille Fayine Samaké, alors que le tribunal avait donné l’ordre de démolir qu’une seule partie qui empiète sur la propriété de M. Doumbia. Selon eux, avant toute prise de décision le club a d’abord vérifié les documents font de la vieille le propriétaire de la maison litigieuse. Il s’agit du permis d’occupation et l’ordre de construction qu’elle détient depuis 2002.

Dans leur propos, ils ont rappelé que Abdoulaye Doumbia, ne se plaint pas contre la dame pour la parcelle, mais se plaint car la parcelle de la vieille dame lui barre la route et lui cause une difficulté de passage. Et d’ajouter que pour faciliter le passage entre les deux maisons, Abdoulaye a profité de la décision du tribunal qui l’ordonne de démolir la partie litigieuse, pour démolir toute la maison de la vieille Fayine Samaké.

« Cet acte n’est pas la faute de Abdoulaye, mais plutôt du tribunal et des magistrats qui dans un premier temps l’ont donné une décision de démolir la maison », ont-ils regretté. Avant de dire que le titre en possession de Abdoulaye Doumbia est un faux document.

Après le procès du 11 avril 2019, précisent-t-ils, Fayine va porter plainte contre Abdoulaye pour destruction de bien. Ils ont rassuré de leur appui et de l’accompagnement du club et de tous les soutiens extérieurs pour un dénouement heureux de cette crise. « Nous voulons que Fayine soit remis dans ses droits et que, cela puisse servir d’exemple à tous », ont-t-ils lancé.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.