Version imprimable de cet article Version imprimable | |

SOUS MENACE DES TERRORISTES : Tous les Sous-préfets de la zone inondée ont quittés leur localité

lundi 24 juin 2019

Les Sous-préfets de la zone inondée de Mopti ont tous regagnés Mopti ville à la suite de l’appel lancé par le Syndicat autonome des administrateurs civils du Mali (Synac) et le Syndicat libre des travailleurs du ministère de l’administration territoriale (SYLIMAT). Certains du Pays Dogon sont sur le point de suivre la vague. Une mauvaise nouvelle pour les populations.

Depuis la semaine dernière, les représentants de l’Etat dans la région de Mopti (les Sous-préfets et les Préfets) sont en train de rejoindre Mopti. Selon Ousmane Christian Diarra, secrétaire général du Syndicat des administrateurs civils du Mali (Synac), tous les Sous préfets de la zone inondée de Mopti ont regagné Mopti ville. Ceux du Pays Dogon s’apprêtent à faire autant.

« Il y a un même en se repliant la semaine dernière, a coïncidé dix minutes près à une attaque sur la route Bandiagara-Sevaré. Il a secouru six blessés graves. C’est lui qui les a amenés dans son véhicule à l’hôpital Sominé Dolo de Mopti. C’est vous dire que le mot d’ordre est respecté et sera scrupuleusement respecté. Loin d’être un abandon de poste, l’acte posé par les administrateurs civils n’est qu’un ‘’repli’’ à cause de la multiplication des menaces de morts sur les représentants de l’Etat et sur les membres de leur famille », a souligné M. Diarra. Et d’ajouter qu’à partir de Mopti ville, ses hommes vont effectuer leur travail.

Bonne ou mauvaise comme décision, le moins que l’on puisse dire, c’est que la décision des syndicalistes risque d’avoir des conséquences fâcheuses sur le terrain. Puisqu’il y a de ses localités, où la seule présence des Sous-préfets ou Préfets permet aux populations d’être rassuré.

Dans cette situation d’insécurité, si les Représentants de l’Etat « prennent leurs jambes au coup », qu’est ce qui va rester comme soutiens ? C’est dire que dans les jours à venir, en cas de « retrait des Sous préfets de leur poste », si les autorités n’interviennent pas très rapidement, nous assisterons à un flux de déplacés des zones abandonnées vers les villes.
On a surtout coutume de voir qu’à chaque fois que le Représentant de l’Etat fuit sa localité, difficilement les autres structures étatiques, les fonctionnaires acceptent de rester. Et si c’est le cas, les 55 arrondissements de Mopti connaitront les jours à venir un grand mouvement de populations.

Mamadou Sidibé
ARC-EN-CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de