Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Retour sur Dak’Art 2016 : Les artistes plasticiens maliens et sénégalais exposent leurs œuvres à Bamako

mercredi 12 avril 2017

La Galerie Medina a servi de cadre, le samedi 8 avril 2017, pour l’exposition « Voyage à Dakar » organisée par l’entreprise Eiffage-Sénégal. Ce vernissage a permis aux 11 artistes maliens et aux 5 sénégalais ayant pris part à la Biennale de Dak’Art 2016, de transporter leurs savoir-faire à Bamako. Ainsi, cette exposition marque le retour de l’expérience de la Biennale de Dakar.

Ce fut en présence de l’Ambassadeur de France au Mali, de la directrice de l’Institut Français du Mali, du Président Directeur Général de l’Eiffage-Sénégal et plusieurs visiteurs et admirateurs des œuvres d’arts.

Ce vernissage a été organisé dans la foulée de la restitution de l’édition de Dak’Art qui s’est tenue en mai 2016 dans les espaces de l’entreprise Eiffage à Dakar, dans la cadre de la biennale des arts plastiques. Elle a vu la participation de onze artistes maliens qui ont partagé leurs expériences avec leurs collègues sénégalais. Ils se sont retrouvés autour de cette exposition à la Galerie « Médina » pour témoigner leurs expériences.

« Cette exposition rentre dans le cadre de la rénovation de la Galerie Medina par l’entreprise Eiffage. Aussi, elle fait les points de retour de cet important voyage pétri d’expériences. Nous avons emmené les artistes sénégalais pour étaler leur savoir-faire », a déclaré Souleymane Ouologuem, artiste plasticien et membre de l’Association An Ko’art.

Ainsi, il a vivement remercié la société Eiffage, Serge Lepoultier et Sébastien Philippe pour leur soutien conséquent.

Selon Gérard Sénac, l’entreprise Eiffage développe, depuis 20 ans, une politique de soutien aux événements culturels. « Nous agissons par passion parce que nous sommes convaincus que la culture est le moteur déterminant dans le développement d’un pays. C’est très important pour nous de faire cette exposition cet après-midi. Car c’est l’occasion d’un brassage entre maliens et sénégalais. J’avoue que le talent existe bel et bien en Afrique et il faut le faire valoir », a-t-il indiqué.

A travers cette exposition, souligne Gérard, l’entreprise Eiffage veut apporter son soutien conséquent à la création artistique africaine et fait la promotion des jeunes talents.

Les témoignages de plusieurs artistes ont marqué cette exposition. Il faut noter que l’exposition continue jusqu’au 30 avril 2017 à la Galerie de « Medina ».

Moussa Mallé SISSOKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de