• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Rénovation du CICB : « Le Ministre de la Culture n’est pas ordonnateur à ce jour d’aucun budget »

    samedi 10 février 2018 , par Assane Koné

    « Le Ministre de la Culture n’est pas ordonnateur à ce jour d’aucun budget en lien avec la rénovation du CICB », est la précision qu’un cadre du CICB nous a donnée. Sous le couvert de l’anonymat, il dira qu’ « aucun centime de l’état malien n’est engagé dans la réhabilitation du CICB à ce jour ». Selon lui, « C’est la République populaire de Chine qui a construit le CICB en 1995 et c’est ce même pays qui le réhabilite en le rendant plus moderne en conformité avec les standards internationaux ».

    Se voulant très précis, il dira que « le projet de réhabilitation fait suite à la visite du Président malien en Chine. Nous n’avons qu’un seul grand centre de conférence qui a été construit il ya plus de 20 ans par ceux-là même qui le réhabilite aujourd’hui. Au lieu de remercier la coopération chinoise pour le bon suivi de leur ouvrage, on nous crée une polémique stérile autour du CICB ».

    Il a ensuite ajouté qu’ « en ce qui concerne la lutte du syndicat, c’est normal qu’ils réclament leurs arriérés de salaires car ce sont des chefs de famille ». Cependant, il a estimé que le syndicat doit aussi dire la vérité au peuple malien, afin de les conforter. Avant d’ajouter que « Cette culture de ‘’le syndicat a toujours raison’’ ne doit pas lui faire perdre toute raison ».

    Notre interlocuteur a précisé que « bien avant le sommet AFRIQUE/France, le syndicat a été informé que le CICB sera rénové, certains ont même applaudi que leur structure répondra aux critères internationaux après 20 ans d’existence ». Mais, il dira qu’à l’époque, le syndicat a soulevé les soucis de salaires pendant la durée de la rénovation de 24 mois.

    Pour plus de précision, il dira que « le département de la fonction publique a été saisie. Et sa réponse a été très claire : les contractuels doivent être licenciés pendant cette durée selon les textes ». Il a ensuite ajouté que « c’est pour éviter une tension et gérer ce problème de façon humaine en allant contre les textes, la ministre de la culture a rejeté cette idée de licenciement ». Selon lui, « pour elle, ce sont des chefs de famille, il faudrait trouver une meilleure formule pour garder tout le monde ». Avant de préciser que « la direction du CICB a entamé des démarches dans ce sens ». Il dira ensuite qu’il « se trouve que plusieurs structures de l’État doivent de l’argent au CICB pour des factures impayées et en évaluant tout cela, le CICB pouvait faire face à la situation d’ici sa réouverture ». Selon lui, « les salaires ont été payés sur cette base jusque-là, le retard est arrivé avec la lenteur des créanciers à honorer leurs engagements ».

    Un projet de réhabilitation qui coûte précisément 17 milliards de FCFA
    Notre interlocuteur a indiqué que « le projet de réhabilitation du CICB a été initié dans le cadre des accords de coopération économique et technique signés le 24 février et le 22 décembre 2014 entre les Gouvernements du Mali et de la Chine ». Il a rappelé que « c’est la République Populaire de Chine qui a construit en 1995 le Palais des Congrès de Bamako devenu Centre International de Conférence de Bamako (Loi n°06-009 du 23 janvier 2006, portant changement de dénomination du Palais des Congrès de Bamako en Centre International de Conférence de Bamako) ». Selon lui, « le but de cette réhabilitation est de relever le niveau de confort afin de répondre aux standards internationaux avec plus de modernité ».

    Il a ensuite précisé que « le projet de réhabilitation qui coûte précisément 17 milliards de FCFA est financé à hauteur de 80% par le gouvernement de la République Populaire de Chine sous forme d’aide non remboursable et le reliquat soit 20% sous forme de prêt sans intérêt remboursable sur une durée indéterminée ». Notre interlocuteur a indiqué que « la concrétisation de cette réhabilitation fait suite à la visite du Chef de l’État en Chine où plusieurs accords de coopération ont été signés dont celle de la rénovation du CICB ». Selon lui, « ce dossier a été piloté depuis mars 2014 par le ministère des affaires Étrangères et de la Coopération Internationale et l’Ambassade de la Chine au Mali, le suivi technique est effectué par les services du ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme (DRUC : Direction Régionale de l’Urbanisme et de la Construction) ».

    Pour tout cela, il dira qu’ « en raison de la fermeture du CICB pour les travaux de mise à niveau de l’infrastructure, en marge du Sommet Afrique/France et de la mise en œuvre de l’Accord de réhabilitation par la partie chinoise, le Ministère de la Culture a engagé des négociations avec le Comité syndical du CICB et a instruit à la Direction de prendre des dispositions pour une gestion sociale des travailleurs afin d’éviter tout licenciement en attendant la fin des travaux ».

    Mais, notre interlocuteur a tenu à rappeler que « le financement et la gestion financière de tout projet relatif à un accord de coopération nécessite des préalables ». Pour ensuite préciser que « le Ministre de la Culture n’est pas ordonnateur à ce jour d’aucun budget en lien avec la rénovation du CICB ».

    Pour conclure, il a indiqué que « le Ministère de la Culture ne saluera jamais suffisamment le leadership de tous les Ministères engagés dans la réhabilitation de ce joyau architectural, et n’aura pas les mots justes pour féliciter les gouvernements chinois et maliens pour le bel esprit de partenariat ».

    MTK

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce