Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Rencontres de Bamako : Les photographes invités à explorer l’utopie active à travers « AFROTOPIA »

mercredi 28 juin 2017

Principale manifestation consacrée à la photographie contemporaine et aux nouvelles images en Afrique, la 11ème édition des Rencontres de Bamako, la Biennale africaine de la photographie, aura lieu du 2 décembre 2017 au 31 janvier 2018, avec des journées professionnelles programmées du 2 au 5 décembre 2017. L’évènement organisé par le Ministère de la Culture du Mali et l’Institut français, était le 27 juin 2017, au centre d’une conférence de presse au Musée national du Mali.

Entouré de Marie-Ann Yemsi, Commissaire de la 11ème édition des Rencontres de Bamako et de Valérie Lesbros de Afrique Caraïbe en création, Samuel Sidibé, Délégué général des Rencontres de Bamako, a rappelé que la Biennale africaine de la photographie fonctionne comme un grand moment de retrouvailles qui lance au monde entier le message selon lequel, malgré la crise on vit au Mali.

Il a ensuite mis un accent sur l’importance du rendez-vous photographique de Bamako. « Pour les artistes photographes, il faut passer à Bamako pour exister dans le monde », a-t-il déclaré.

Samuel Sidibé dira qu’à l’initiative de Marie-Ann Yemsi, cette édition repense son processus d’élaboration et instaure un mode collaboratif avec la mise en place d’un Comité de conseillers curatoriaux. « Ce comité reflète par sa composition les dynamiques talentueuses et diverses de producteurs culturels dont la plupart sont engagés sur le continent africain », a-t-il indiqué.
Pour sa part, Valérie Lesbros pense que les Rencontres de Bamako sont une bonne opportunité entre les photographes et le public de Bamako. Mieux, elle dira qu’elles constituent un espace de mise en liaison des photographes avec les milieux professionnels.

« Emprunté au titre de l’ouvrage de l’intellectuel sénégalais Felwine Sarr qui définit AFROTOPIA comme ‘’ Une utopie active qui se donne pour tâche de débusquer dans le réel africain les vastes espaces du possible et les féconder’’, cette édition invitera donc les artistes à évoquer la contribution africaine dans un monde qui impose de repenser les ressorts du futur », a indiqué Marie-Ann Yemsi, consultante culturelle et Commissaire d’exposition indépendante et Commissaire de la 11ème édition des Rencontres de Bamako.

« On choisi de faire l’Etat des lieux de la Biennale. On n’a pas choisi un thème spécifique. Il y a des thèmes qui ont déjà été traités à la Biennale et qui sont toujours d’actualité, comme la migration », a-t-elle révélé. Avant d’ajouter que l’Afrique est aujourd’hui son propre centre et cette Biennale sera l’occasion de se poser beaucoup de questions. Et, elle pense que « AFROTOPIA » qui est la contraction d’Afrique et d’Utopie, est un manifeste qui va permettre de faire des mises en chantier lors de cette 11 ème édition des Rencontres de Bamako.

Selon elle, en Afrique, on a tous les outils pour le développement du continent et il faut qu’on les cherche ensemble. Donc, il dira que le concept « AFROTOPIA », comporte l’idée du futur et nous amène à nous interroger sur ce que nous ferons de ce continent. « Les artistes observent, analysent et de façon intuitive, nous disent des choses. Donc, nous allons aller à leur écoute », a-t-elle déclaré. Avant d’ajouter que « AFROTOPIA », c’est le futur qui se construit ici et maintenant.

Elle a ensuite levé le voile sur la composition du Comité de conseillers curatoriaux, qui contribue à la réflexion sur le programme et les projets spéciaux proposés par la Commissaire. Selon, ils participent également à la sélection des artistes de l’exposition panafricaine à l’issue de l’appel à candidatures. Ce sont : Sammy Baloji (artiste, cofondateur des Rencontres Picha-Biennale de Lubumbashi, RDC) ; Olfa Feki (architecte, consultante et Commissaire d’exposition indépendante, cofondatrice de Maison de l’Image à Tunis, représentante régionale de l’agence NOOR images, Tunis, Tunisie) ; Rebecca Lamarche-Vadel (Commissaire d’exposition, Palais de Tokyo, Paris, France) ; Lekgetho James Makola (Artiste, cinéaste, directeur du Market Photo Workshop, Johannesburg, Afrique du Sud) ; Aïda Muluneh (Artiste, fondatrice-directrice générale d’Addis Foto Fest et de DESTA For Africa Creative Consulting PLC, Addis Abeba, Ethiopie) ; Azu Nwagbogu (Fondateur-directeur de l’African Artists’ Foundation et LagosPhoto festival, Directeur et éditeur en chef de Art Base A1frica et Commissaire d’exposition, Lagos, Nigéria).

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en