• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Religion Bahà’ullàh : Le Mali fête le Bicentenaire

    lundi 30 octobre 2017 , par Assane Koné

    La célébration du Bicentenaire des naissances des manifestations Jumelles (Bahà’ullàh et le Bàb : gloire de Dieu), s’est déroulée le samedi 21 octobre 2017 au Mémorial Modibo Keita.

    Ce 200ème anniversaire a été célébré à l’occasion d’une grandiose cérémonie. Elle a enregistré la présence de Jean Jacques YEM dit Adama Samaké, secrétaire général de la communauté Bahà’ies du Mali, Mme Thelma Khelghati, membre du conseil d’administration de la foi Bahà’ies du Mali, la représentante de Mme le ministre de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille, Mme Haidara Bernadette Keita, conseillère technique, Sékou Sidibé, représentant du ministre des droits de l’homme, Boureima Allaye Touré, représentant de la société civile. Ainsi que les membres de cette communauté Bahà’ies.

    Cette cérémonie a été marquée par des chansons et les danses, une projection de film qui relate l’histoire de la naissance et l’évolution de la révélation de Bahà’ullàh.

    Jean Jacques YEM, dit Adama Samaké, secrétaire général de la communauté Bahà’ies du Mali, a souligné dans son intervention que la célébration de cette cérémonie parait pour lui incroyable, car, « pendant quelques mois on ne pouvait pas imaginer qu’on y arrivera ».

    Les instructions de cette religion par rapport aux autres religions selon Jean Jacques est l’unité de toutes les religions, car la foi Bahà’ies enseigne qu’il y a une seule religion, c’est la religion de Dieu. En dehors de cela, selon lui l’autre particularité est qu’au sein de cette religion il n’y a pas de prêtres ni de pasteurs, ni de clergé dirigeant. Il a ajouté qu’il y a une organisation administrative pour diriger cette religion.

    En tant que secrétaire général « j’évolue au sein d’une institution qui s’appelle l’assemblée spirituelle nationale des Bahà’is du Mali. Dont 9 membres qui dirigent les affaires de la foi au niveau nationale malienne pendant une année, car chez nous l’élection est annuelle ».

    Cette religion est une religion de rassemblement, fédératrice. Selon Jean Jacques « Nous voulons fédérer les efforts de toutes les religions dans un monde uni et paisible. Nous avons des prières qui ne sont pas comme celles des musulmans ou celles des chrétiens mais nous visons le seul et le même but (l’entente, l’harmonie, et la paix entre les hommes). Avant d’ajouter que les démarches sont différentes.

    Les Bahà’is ont trois prières obligatoires au choix, selon son secrétaire général. Une très longue prière, une fois par 24 heure, une moyenne qui est pratiquée matin, midi et soir, une très courte, juste deux versés entre midi et le couché du soleil tous les jours et très pratique. Et des prières pour toutes les circonstances (mariage, baptême, funérailles, etc.)

    Le secrétaire général a fait savoir que les Bahà’is ont un livre saint appelé le KitabiAbdas, le très saint livre qui a été révélé en 1867.

    Pour sa part Thelma Khelghati, membre du conseil d’administration nationale de la foi Bahà’is du Mali, a souligné que cette religion enseigne l’unicité de Dieu qui tourne au tour de l’unicité, principe de la religion et l’unité du genre humain. « On ne peut être Bahà’is sans croire aux messagers passés ». Avant d’affirmer que tous les problèmes du monde découlent du manque d’unité. « Ce qui est important pour les Bahà’is d’après elle est que la religion doit être pratiquée », a-t-il ajouté.

    « Le nom de notre prophète s’appelle Bahà’Ullàh, gloire de Dieu qui a été précédé par Bàb aussi a été messager de Dieu », a déclaré Mme Thelma. Avant d’ajouter que c’est une religion indépendante comme toutes les autres.

    https/bicentenary.bahai.org/Fr/, est le nouveau site web international pour le 200ème anniversaire de la naissance de Bahà’ullah. Il a été lancé le 28 septembre 2017.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Réactions

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce