Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Réconciliation nationale : Le DDR et la RSS expliqués aux maliens

mercredi 6 mars 2019

Sur la base de consultations entre le gouvernement malien et la MINUSMA et en collaboration avec les partenaires internationaux impliqués, la commission de l’Union Africaine (UA) a appuyé le gouvernement Malien à organiser un atelier de sensibilisation sur le DDR et RSS. C’était le mardi 5 mars 2019 à l’école de maintien de la paix, sous l’égide de Thierno Amadou Omar Hass Diallo, ministre du culte et des affaires religieuses, en tant que représentant du ministre de la réconciliation nationale.

Au cours de cet atelier qui va durer du 5 au 7 mars 2019, les échanges vont porter sur le partage de leçons apprises et des meilleures pratiques. Et cela conformément au cadre d’orientation de l’UA sur la RSS approuvé en 2013 et au programme de DDR de l’UA institué en 2012. Ce sont 80 participants de niveaux élevé et intermédiaire, sélectionnés selon l’approche holistique du DDR et de la RSS, ont pris part à cet atelier.

Cet atelier a pour Objectif de sensibiliser les participants et de donner une meilleure compréhension des principes et concepts généraux de la RSS et du DDR ; de débattre de la complémentarité entre les processus de DDR et de RSS dans la mise en œuvre de l’accord de paix de 2015 ; d’identifier les progrès et les défis actuels du processus de DDR accéléré, de discuter de la coordination des interventions des principaux partenaires et des autres parties prenantes nationales et internationales. Aussi, il s’agissait d’échanger sur les meilleures pratiques de DDR et de RSS pour créer une force armée nationale intégrée, légitime et professionnelle et enfin, d’identifier les priorités gouvernementales dans la conduite du processus de DDR et de RSS réussis, à soutenir à court, moyen et long terme afin de relever les défis qui se posent.

« L’accord pour la paix et réconciliation au Mali, signé en mai 2015, a scellé un nouveau pacte de la paix et de la sécurité pour le pays », a déclaré Pierre Buyoya, haut représentant de l’Union africaine pour le Mali et le sahel (MISAHEL), chef de mission. Pour lui cette paix et cette sécurité, auxquelles nous sommes forcement attachées, ne peuvent pas être durables qu’à travers la mise en œuvre efficace et effective des dispositions de l’accord de paix. Par sa voix, l’Union Africaine tient à féliciter le gouvernement Malien pour ses efforts ainsi déployés dans les domaines du DDR et de RSS.

A ses dires, l’objectif de l‘atelier est d’aller plus loin dans la réflexion sur la complémentarité entre le DDR et la RSS, par les échanges sur les bonnes pratiques et expériences africaines qui, « nous l’espérons, seront susceptibles de servir de référence au contexte Malien, une fois adaptées ». Aussi, il offre un cadre pour réfléchir sur la problématique des défis techniques et politiques des processus de DDR et de RSS en cours au Mali, à travers ses objectifs. Selon lui la MISAHEL saisit cette opportunité pour réitérer une fois encore sa disponibilité et son soutien à l’Etat Malien dans ses efforts de sécurisation, de pacification et de développement et dont la stabilité, à plusieurs égards, lie celle de biens d’autres pays de la région du Sahel et même au-delà.

Mahamat Saleh Annadif, a témoigné que l’Union Africaine et les Nations Unies ont un objectif commun au Mali. C’est pourquoi, il a salué vivement la tenue de cet atelier qui ouvre un espace d’échange, de réflexion et des propositions concrètes.

De son côté, Thierno Amadou Omar Hass Diallo, a indiqué que le processus de désarmement de mobilisation et réinsertion (DDR) au Mali s’inscrit ainsi pleinement dans le cadre d’une réforme du secteur de la sécurité (RSS). Selon lui cela vise à améliorer un brassage des communautés au sein des forces armées, républicaines, nationales et des administrations publiques dans un contexte de crise.

Les résultats attendus sont entre autres : les concepts DDR et RSS sont discutés et compris, les défis rencontrés par les dynamiques nationales actuelles en matière de RSS et de DDR sont soulevés et discutés avec mesures identifiées comme possibilités pour résoudre les problèmes existants. Des mécanismes et modalités de coordination améliorés, identifiés, convenus, des expériences et enseignements tirés d’autres Etats membres impliqués dans des processus nationaux, une plus grande efficacité dans la conception et la mise en œuvre des processus de RSS et de DDR est observée, des modalités de soutien pouvant être fournies par l’UA sont identifiées.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.