Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Ramadan : A la découverte du djoreydjé, le Halloween de Tombouctou

vendredi 6 juillet 2018

A Tombouctou, le ramadan ne se limite pas qu’au jeûne. Il implique aussi le djoreydjé, encore appelé yogoro, que les Occidentaux n’hésiteraient pas à appeler Halloween. Le blogueur Randane Ould Barka nous invite à découvrir cette culture millénaire de la « cité des 333 saints ».

A partir du dizième jour du mois de ramadan, les jeunes tombouctiens se retrouvent entre frères, sœurs ou entre amis de la même génération. Formant des petits groupes, certains se déguisent en fous, d’autres en vaches. Ils se rendent expressément ridicules aux yeux des gens. C’est en cette ridiculisation que réside l’une des valeurs du djoréydjé.

Parmi les membres, il y a un, qui fait toujours le mort. Ce rôle est attribué au plus drôles du groupe. Ses amis en chantant, disent qu’il ne va se réveiller seulement si on lui donne quelque chose. Les personnes déguisées, esquissent des pas de danse sous les mélodieux sons de tam-tams pendant que d’autres chantent.

« Que cette demeure soit comblée de bonheur »

Ces groupes font le tour des maisons, une à une. A leur arrivée dans une maison, l’ensemble commence à chanter des chansons traditionnelles. Une fois le chant terminé, le propriétaire de la maison leur offre une récompense en guise d’encouragement qui très souvent est constituée de mil, de riz ou bien d’argent liquide. Le groupe à son tour, pour remercier la famille, clame en sortant : Gomni hiraw hou wo ra qui signifie : que cette demeure soit comblée de bonheur. A la fin du mois, tout ce qui a été collecté comme bien durant l’activité est utilisé pour préparer des plats spécifiques qui seront consommés par le groupe le jour de la fête du Ramadan.

Cet événement reste l’un des plus importants de la région de Tombouctou. Il permet d’amuser les populations de la ville à chaque fois que le mois du ramadan arrive. Il permet aussi de resserrer les liens entre les communautés, surtout les enfants, qui se laissent imprégner par le message de fraternité et de gaieté que les différents groupes véhiculent.

Pratiquée depuis des siècles à Tombouctou, cette culture célèbre s’est répandue dans tout le Mali.Et quelques pays de la sous-région comme le Burkina, la Côte d’Ivoire, la Guinée ou encore le Niger la pratiquent.

Par Randane Oould BARKA
https://benbere.org/cultures-malien...

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en