Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Radicalisation et l’extrémisme violent : Think Peace forme 200 surveillants des Centres de détention

lundi 24 décembre 2018

Think Peace en partenariat avec la DNAPES a organisé, une Formation sur la radicalisation et l’extrémisme violent à l’intention du personnel de l’administration pénitentiaire. C’était du 12 au 22 décembre 2018 à l’Institut National de la Formation Judiciaire « Me Demba Diallo ». Samedi 22 décembre 2018, la cérémonie de clôture était présidée par Amadou Oumar Diakité, chef de cabinet du Ministre des Affaires religieuses et du Culte et c’était en présence du coordinateur national de Think Peace, Abdoul Kassim Fomba et Ibrahima Tounkara, directeur de la DNAPES.

Au Mali, comme ailleurs, le sujet de traitement des détenus est sensible et la radicalisation dans les centres de détention est peu abordée et prise en charge par les autorités maliennes. Cette notion de la radicalisation et de l’extrémisme violent sont peu comprises dans le système pénitentiaire et généralement pas citée parmi les causes de l’extrémisme violent.

C’est dans cette optique que, Think Peace en partenariat avec la DNAPES (Direction Nationale de l’Administration Pénitentiaire et de l’Education Surveillée) a envisagé d’organiser des séries d’ateliers sur la radicalisation et l’extrémisme violent à l’endroit des surveillants des centres de détention sur toute l’étendue du territoire.

Ces formations visent à renforcer les capacités des participants, sur les notions citées afin de contribuer à prévenir la radicalisation dans les centres de détention. Deux cent personnes (Surveillants des centres de détention, agents techniques, Travailleurs sociaux, inspecteurs…) repartis en 5 ateliers, issues des différents centres de détention (Bolé Femmes, Bolé Mineurs et la Maison Centrale d’Arrêt (MCA) ainsi que la DNAPES, ont participé à ces ateliers.

Les modules de formation étaient axés sur : la sécurité en milieu carcéral pour rappeler les différentes notions de la sécurité, la radicalisation et l’extrémisme violent, comment la prévenir en milieu carcéral et le partage des bonnes pratiques. Plusieurs interventions ont marqué la cérémonie de clôture. Selon le coordinateur national de Think Peace, il faut que dans l’amélioration des conditions que nous travaillons sur le plan de la détention des présumés terroristes, afin d’éviter la radicalisation dans les centres de détention. Ainsi, il lance un appel au ministère des Affaires religieuses et du Culte à accompagner ce genre d’initiative.

De son coté, Ibrahima Tounkara, directeur de la DNAPES, s’est réjoui de la tenue de l’atelier de formation. Il a également remercié Think Peace pour cette belle initiative à l’intention de l’administration pénitentiaire. Pr ailleurs, Mr Ibrahima Tounkara a invité les agents à mettre en œuvre ce qui a été appris, afin que cela puisse continuer certainement à améliorer les conditions de détention avant de saluer ce partenariat entre ces deux structures. La cérémonie a pris fin par la remise symbolique de quelques attestations à cinq participants.

Lamine kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.