| |

Promotion du cinéma malien : La nécessité de la mobilisation du Fonds de 6 milliards de FCFA

lundi 8 mars 2021

« …Nous ne cesserons de rappeler que la mobilisation des ressources financières notamment la mobilisation de la dotation initiale des six milliards (6 000 000 000) de FCA reste un défi à relever pour le FAIC dans la mise en action effective et opérationnelle des missions à lui confiées ». Cette déclaration a été faite le 4 mars 2021, par Mme Kadiatou Konaré, Ministre de la culture, de l’artisanat et du tourisme. C’était lors de la 3ème session du Conseil d’administration du Fonds d’appui à l’industrie cinématographique (FAIC).

Cette session avait 8 points inscrits à son ordre du jour : le Compte Rendu de la 2e session ordinaire du conseil d’administration du FAIC ; le point d’exécution des recommandations issues de la 2e session ordinaire du conseil d’administration du FAIC ; le rapport d’activités 2020 ; le bilan du programme d’activités et du budget 2020 du FAIC ; l’évaluation du Contrat de Performance de 2020 du FAIC ; le projet de programme d’activités de 2021 du FAIC ; le projet de budget de 2021 du FAIC ; et le projet de Contrat de Performance de 2021 du FAIC.

« L’année écoulée a été certes marquée par quelques difficultés. Mais, le FAIC sans pour autant lâcher prise, a réalisé quelques activités qui suscitent de l’espoir, notamment la consolidation du manuel de sélection des projets cinématographiques avec celui du modèle du Contrôle Général des Services Publics », a indiqué Mme le Ministre de la Culture, de l’artisanat et du Tourisme.

En guise de rappel elle a indiqué que le manuel de sélection des projets cinématographiques a été élaboré par le FAIC en 2019. Selon elle, il a été validé par l’ensemble des acteurs du cinéma au cours d’un atelier tenue en septembre 2019. Enfin, et a été adopté par les administrateurs lors de la 2e session ordinaire du Conseil d’Administration du FAIC tenue le 24 décembre 2019. « Ce besoin de consolidation repose sur une instruction du département de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme pour être conforme aux conditions demandées par le département de l’Economie et des Finances dans le but de faciliter la mobilisation de la dotation initiale des six (06) milliards du FAIC », a-t-elle déclaré.

Mme le Ministre est convaincu que le manuel de procédure va permettre au FAIC de conduire avec clarté, efficacité, efficience et équité, son programme de développement des activités cinématographiques et audiovisuelles. En effet, pour améliorer le manuel de procédure, le FAIC a bénéficié de l’expertise des juristes, des financiers, des spécialistes en conception et élaboration de manuel de procédures, ainsi que de celles de l’ensemble des acteurs du cinéma. « Il s’agissait pour la circonstance d’en faire un manuel unique pour l’ensemble des procédures administratives, financières, comptable et de sélection des projets cinématographiques et audiovisuels », a-t-elle déclaré.

Au titre des activités majeures conduites par le FAIC en 2020, Mme le ministre a salué le fait que malgré le faible budget de fonctionnement, le FAIC ait pris l’initiative d’expérimenter sa capacité de soutenir des projets cinématographiques en lançant un appel à projet intitulé « Appel Spécial à Projets-session de novembre 2020 ». « L’appel concernait le financement des projets cinématographiques dans les domaines de la production, de la postproduction et du développement de scénario », a-t-elle indiqué.

Partant du constat que le secteur cinématographique et audiovisuel montre aujourd’hui les signes d’un dynamisme de développement durable, de création d’emplois et de richesses, Mme le Ministre a estimé que « la raréfaction des ressources pour le développement cinématographique et audiovisuel, commande que des approches novatrices soient toujours expérimentées dans le but de renforcer les mécanismes de financement de la production afin d’en assurer la pérennité et permettre une meilleure émancipation des subsides aléatoires de l’Etat providentiel ».

Elle a ensuite rappelé que depuis son opérationnalisation en 2018, le FAIC évolue avec un budget prévisionnel équilibré en recettes et en dépenses de 200 500 000 FCFA. Pour Mme le Ministre, ce budget est écrasé par les charges de fonctionnement avec un plus de 54% contre 46% pour la promotion du cinéma. Et, c’est pourquoi, elle a rappelé que la mobilisation des ressources financières notamment la mobilisation de la dotation initiale des six milliards (6 000 000 000) de FCA reste un défi à relever pour le FAIC dans la mise en action effective et opérationnelle des missions à lui confiées.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav