• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Election présidentielle au Mali : l’Appel au calme du Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe

    « Cette proclamation provisoire qui provient après une centralisation et consolidation des résultats en toute transparence devant les représentants des candidats et aussi en présence d’observateurs nationaux et internationaux, notre Consortium se félicite que

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Promotion des droits de l’Homme au Mali : La police nationale se dote d’un manuel

    samedi 14 octobre 2017 , par Assane Koné

    « Dans le souci d’amener la police nationale à une meilleure connaissance des textes et des droits humains par rapport à ses missions, ainsi que des défis sécuritaires au Sahel, la direction générale de la police nationale du Mali avait sollicité fin 2013 un premier appui technique et financier de l’institut Danois des droits de l’homme pour le développement de sa bibliothèque à l’école nationale de police, afin d’en faire un outil de base dans la formation initiale et continue des policiers, en particulier, en matière de droits de l’homme ». La déclaration a été faite par Mamy Sylla, directeur de l’école de la police nationale du Mali. C’était à l’honneur d’une rencontre à l’école nationale de la police.

    Premier du genre élaboré par les fonctionnaires de police maliens, avec l’appui technique et financier de l’institut Danois des droits de l’homme (IDDH), le manuel de formation des droits de l’homme au profit de la police malienne, était au centre d’une cérémonie de lancement le jeudi 12 octobre 2017 à l’école national de la police du Mali (ENP).

    Cette cérémonie a été couplée avec la remise symbolique de manuel de travail sur les droits de l’homme, à l’EUCA-SAHEL, à la garde nationale, à la police et à la presse. C’était en présence des personnalités telles que : Mamy Sylla, directeur de l’école national de la police du Mali, Sabane Boubacar Touré, représentant du directeur général de la police nationale du Mali, Amadou Dolo, contrôleur général à la retraite, Famory Keita, représentant d’IDDH.

    Mamy Sylla, directeur de l’école national de la police du Mali, a déclaré que c’est dans le souci d’amener la police nationale à une meilleure connaissance des textes et des droits humains par rapport à ses missions, ainsi que des défis sécuritaires au Sahel, la direction générale de la police nationale du Mali avait sollicité fin 2013 un premier appui technique et financier de l’institut danois des droits de l’homme pour le développement de sa bibliothèque à l’école nationale de police, afin d’en faire un outil de base dans la formation initiale et continue des policiers, en particulier, en matière de droit des droits de l’homme.

    Il dira que de ce fait, la Bibliothèque nationale de l’ENP a été réhabilitée et équipée en matériels et documentation et son bibliothécaire formé aux nouvelles techniques de documentation avec l’appui de l’IDDH.

    Mamy Sylla a expliqué que le partenariat entre l’institut Danois des droits de l’homme (IDDH) et l’école nationale de police du Mali remonte à 2013 à travers ce premier appui technique et financier. Une seconde phase de ce partenariat a constitué en 2014 à une sollicitation de la direction générale de la police visant à appuyer techniquement et financièrement en matière pédagogique en matière de droits de l’homme aussi bien en formation initiale qu’en formation continue, répondant aux défis pouvant se poser dans le travail quotidien des policiers au Mali. Ainsi, le 22 juin 2014 un contrat a été conclu entre, l’institut Danois des droits de l’homme et l’école nationale de police du Mali pour la réalisation d’une étude en prélude à l’élaboration d’un manuel de formation en droits de l’homme au profit des élèves policiers. A la suite de cette étude, une troisième étape du partenariat pour 2015 a porté sur la mise en place et le fonctionnement d’un groupe de travail composé de quatre policiers et deux personnes ressources ; de la tenue d’ateliers du groupe de travail et de l’institut Danoise des droits de l’homme ; de la production et le test du manuel ; et la relecture interne et externe du manuel, ainsi que de sa mise en forme.

    Selon lui, suites à l’affectation en aout 2015 de deux membres clés chargés de la rédaction du manuel et la nomination d’un nouveau directeur général à la tête de la police nationale, ont entravé fortement le cours des activités. Pour l’année 2016, après remembrement, du groupe il s’agissait de finaliser le manuel et de renforcer les connaissances et les capacités techniques des policiers en droits de l’homme au niveau de l’école nationale de police à travers la formation des formateurs en droit de l’homme.

    En plus de l’élaboration de ce manuel de formation, l’IDDH a participé activement à la création de la POLI-DH, police et droit de l’homme. L’IDDH constitue un moyen adéquat pour améliorer les capacités opérationnelles des policiers des policiers des pays membres (Burkina Faso, Mali et le Niger) et pour promouvoir les droits de l’homme. Il a terminé ses propos en remerciant tous les partenaires de la police nationale du Mali et plus particulièrement l’IDDH pour sa coopération et d’avoir apporté leur expertise à ce manuel.

    Une brève présentation de ce manuel a été faite par Amadou Dolo, contrôleur général à la retraite. Il dira que ce manuel de formation en droits de l’homme comporte 6 modules : les droits de l’homme dans les activités de la police, en matière de droits de l’homme et de police judiciaire, l’usage de la force et des armes à feu par la police, la police et la protection des personnes vulnérables (des mineurs, des femmes et des personnes âgées etc.), la police et la protection des étrangers et des refugiés, le recours en cas de violation de l’ordre, les droits et obligations de la police.

    « C’est un succès de la police malienne et toute la nation malienne. Nous avons voulu ce manuel et nous l’avons à travers les efforts », a déclaré Famory Keita, représentant d’IDDH. M. Keita a souligné que l’IDDH est très heureux d’avoir accompagné et d’être à côté de la police malienne pour pouvoir atteindre les objectifs de ce genre. Avant d’ajouter que la question de droits de l’homme est une question primordiale surtout s’il s’agit de la police, premier contact direct avec la population.

    Dans son discours d’ouverture, Sabane Boubacar Touré, représentant du directeur général de la police nationale du Mali, dira : « ce manuel sera d’un très grand apport pour la police nationale du Mali et pour les Maliens ». Il a ajouté que deux mots figures, c’est l’intitulé de ce manuel qui résume tout : formation droits de l’homme. Car, selon lui l’homme doit être au début et à la fin de toutes choses. « Former un policier en droits de l’homme ne peut être vain. C’est pourquoi, ce manuel s’il n’avait pas été fait, il eut aurait fallu le faire », a-t-il constaté.

    M. Touré a conclu ses propos en saluant la qualité de ce projet et de remercier, au nom du directeur général de la police, tous les partenaires, notamment l’IDDH et de l’encourager vivement a conservé la constance dont il a fait preuve. Aussi, Il a invité les policiers, les destinateurs clés de ce document, à ne pas le considérer comme un document parmi d’autres, mais à le lire et à le maitriser.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce