• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Promotion de la danse au Mali : Don Sen Folo initie une écriture de chorégraphie contemporaine à partir des danses traditionnelles du Mali

    samedi 11 février 2017 , par Assane Koné

    L’Association « Don Sen Folo » dédiée à la promotion de la danse au Mali, ne manque pas d’initiatives. Après les cours gratuits de danse traditionnelles qu’il organise tous les samedi dans l’après-midi au Centr’Art Don Sen Folo à Kalaban Coro Kouloubléni et les « Grin Spectacle », l’Association « Don Sen Folo » organise du 3 au 24 février 2017, un stage de danse dénommé « Identité-Danse-Racine » à l’intention des jeunes danseurs-chorégraphes des différentes régions du Mali.

    « Nous avons initié ce stage de danse dénommée ‘’ Identité-Danse-Racine ‘’ pour développer et transmettre les danses traditionnelles des différentes régions du Mali », nous a indiqué Lassina Koné, danseur-Chorégraphe malien et Directeur artistique de l’Association « Don Sen Folo ».

    Selon lui, l’objectif recherché est de « permettre une mise en commun des savoirs et d’assurer une pérennité de cet art en l’actualisant par une écriture chorégraphique contemporaine ». En un mot, nous disons que l’Association Don Sen Folo a décidé d’amener les danseurs contemporains maliens à aller puiser des pas de danses dans le patrimoine culturel traditionnel des différentes régions du Mali, pour nourrir la danse contemporaine.

    « Par cette approche, nous voulons permettre aux jeunes danseurs-chorégraphes maliens d’avoir une bonne connaissance de leur patrimoine, afin de pouvoir mieux s’affranchir et comprendre que l’identité culturelle affirmée est source de richesse », a déclaré Lassina Koné. Il est convaincu que le stage de danse « Identité-Danse-Racine » permettra aux jeunes danseurs-chorégraphes des différentes régions du Mali d’acquérir des outils pour qu’ils puissent développer, montrer et diffuser leur art à l’échelle nationale et internationale.

    Grâce à un accompagnement financier de la Coopération Suisse et de l’Institut Français de Bamako et un soutien de ACTE SEPT, l’Association « Don Sen Folo » a réuni à Bamako, au Centr’Art Don Sen Folo de Kalaban Coro Kouloubléni, 19 jeunes danseurs-Chorégraphes maliens, venus de toutes les régions du Mali, 3 musiciens et deux formateurs venus du Togo et de l’Europe.

    « En plus des enseignements du formateur Raouf Tchakondo, danseur, chorégraphe et professeur togolais, les stagiaires seront formés dans le domaine de l’administration par Agnès Quillet, administratrice de la Compagnie Don Sen Folo », a a indiqué Lassina Koné. Avant d’ajouter que cette formation administrative vise à outiller les stagiaires pour la prise en main de leur carrière en aillant des notions de communications et de diffusion de leurs œuvres.

    « Mais nous fondons beaucoup d’espoir sur le fait que ce stage permette aux différents stagiaires de transmettre le savoir acquit à Bamako à leurs collègues dans leur région respective, cela dans l’idée d’une décentralisation des savoirs. Le but étant de réveiller les consciences de chaque artiste et de leur donner des outils afin que chaque région rayonne de sa culture propre. », a-t-il ajouté.

    La fin du stage se sanctionnée par trois séances de restitution. Le 17 février 2017, à parti de 21 heures, l’Institut Français de Bamako va accueillir la première séance de restitution.

    La deuxième séance de restitution aura lieu le 24 février 2017, à parti de 10 heures, au marché de Kalaban Coro et la troisième séance est prévue pour le même jour à partir de 16 heures au Centr’Art Don Sen Folo de Kalaban Coro Kouloubléni.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce