Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Programme d’Urgence pour la Relance du Développement des Régions du Nord : La 3ème phase va mobiliser 7,7 milliards de FCFA

mercredi 5 avril 2017

La quatrième réunion du comité national de coordination technique du Programme d’Urgence pour la Relance du Développement des Régions du Nord (PURD-RN), dont la mission principale est de veiller à la bonne exécution du programme au profit des administrations régionales, locales et des collectivités décentralisées, s’est tenue le 4 avril 2017 au ministère de la solidarité et de l’action humanitaire.

L’ouverture de cette quatrième réunion qui a porté sur deux points, l’état d’exécution du PURD-DN au 31 décembre 2016 et la validation des besoins de la phase III du PURD-RN relatif aux listes des infrastructures et équipements à retenir dans le cadre de la phase III du programme, sur la base des besoins exprimés par les régions, a été présidée par le ministre de la solidarité et de l’action humanitaire, Hamadoun Konaté, en présence des membres du comité national de coordination technique du programme, les gouverneurs des régions.

« Le comité a fait jusqu’ici, un travail satisfaisant, eu égard aux résultats enregistrés », a fait savoir le ministre de la solidarité. En effet, au cours des phases I et II démarrées respectivement en 2013 et 2014, selon lui le PURD-RN a permis dans sa zone d’intervention, la réinsertion de l’Administration aux niveaux local et régional à travers : la réhabilitation, la construction et l’équipement en mobiliers de bureau de 434 bâtiments administratifs ; l’équipement des services administratifs de l’Etat en matériel roulant composé de 120 véhicules et 893 motos ; l’équipement en matériel informatiques et divers.

Une partie importante des marchés d’infrastructures et d’équipements, dira M. Konaté a été exécutée à travers 1287 entreprises locales, contribuant ainsi à la création de plusieurs emplois locaux, notamment celui des jeunes.

Le ministre a rappelé que le coût total du PURD-RN pour les phases I et II est d’environ 33,85 milliards de FCFA, entièrement financés par le budget national. Dans le cadre du renforcement des actions du programme, il ajoutera que l’Etat a programmé à partir de 2017, une troisième phase d’un coût total de 7,7milliards de FCFA.

Le ministre a expliqué que, pour la phase III l’inscription de 7, milliards de FCFA sur l’exercice budgétaire est repartie comme suite : région de Ségou 500 millions de FCFA, région de Mopti 800 millions de FCFA, région de Tombouctou 1 milliard de FCFA, région de Gao 1 milliards de FCFA, région de Kidal 900 millions de FCFA, région de Ménaka 1,5 milliards de FCFA, région de Taoudéni 2 milliards de FCFA.

Avant d’ajouter qu’une part importante est réservée aux régions de Ménaka et de Taoudéni. Il dira ensuite que cela s’inscrit dans la dynamique de créer les meilleurs conditions pour les rendre plus opérationnelles.

« Cet effort se poursuivra, malgré les difficultés sécuritaires actuelles, jusqu’à la réinstallation totale de l’Etat sur l’ensemble du territoire national », a-t-il indiqué avant de conclure.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques