Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Présidentielle du 29 juillet 2018 : Le Candidat Aliou Diallo part à la rencontre du Patronat malien

samedi 21 juillet 2018

Malgré un agenda de fin de campagne extrêmement chargé, le candidat Aliou Diallo a décalé de quelques heures un déplacement dans la région de Koulikoro afin de répondre, ce vendredi 20 Juillet, à l’invitation des membres du Conseil National du Patronat du Mali. L’organisation patronale malienne organise depuis ce début de semaine des séries d’écoute des différents candidats à l’élection du Président de la République.

Durant près d’une heure et demie d’horloge, devant un parterre d’acteurs économiques avertis, Aliou Diallo a défendu son programme économique. "Je prône la mise en œuvre d’une politique économique volontariste de développement économique décentralisé qui doit permettre le dynamisme du secteur privé et l’émergence d’une classe moyenne", a-t-il réaffirmé.

Trois points essentiels sont à retenir dans l’intervention du Candidat Aliou Diallo. Tout d’abord, il estime que le développement du Mali passe par la priorisation du domaine agro-pastoral et la valorisation du secteur minier. "Je suis le mieux placé pour parler de cela parce que je suis l’un d’entre vous", rappela-t-il à juste titre avant d’ajouter, "il est inadmissible que malgré le potentiel du pays, les maliens restent autant pauvre".

Par la suite, interpellé par le modérateur de la séance sur sa politique pour le développement et la préservation des entreprises, Aliou Diallo a été d’une fermeté exemplaire. "Je peux vous assurer que sous mon mandat, je me battrai pour qu’aucune entreprise qui crée même deux (2) emplois soit liquidée", martela-t-il. Partisan de la préférence nationale comme priorité nationale, il a annoncé l’appui à la création de 120.000 entreprises ainsi que la projection de 1.200.000 emplois sur cinq ans.

Finalement, le candidat Aliou Diallo a annoncé une série de mesures pour la protection du pouvoir d’achat du consommateur malien et la lutte contre la corruption. "Nous allons demander au niveau sous-régional que le Mali ne soit plus pénalisé par sa continentalité", expliqua de manière déterminée l’entrepreneur-candidat.

Aliou Diallo a prônée une justice indépendante et une fonction publique qui soit dans les conditions de travail qui l’éloigne de la tentation de la corruption. "Nous aurons un plan spécial de 200 milliards de FCFA pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des fonctionnaires", rappela-t-il.

A l’issue des échanges, Aliou Diallo et les participants ont pris une photo de famille avec le Président du CNPM, Monsieur Mamadou Sinsy Coulibaly.

Bamako, le 20 Juillet 2018
La Direction de la Communication

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques