Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

mardi 14 août 2018

« La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli, Chef de la Mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines, le 14 août 2018, lors d’une conférence de presse organisée à l’Hôtel de l’Amitié de Bamako.

Dans le cadre du 2ème tour de l’élection présidentielle du Mali, la Mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) a déployé des observateurs sur le territoire. Cette mission s’inscrivait dans le cadre de la promotion des élections crédibles et de la bonne gouvernance en Afrique.

Dans le cadre de sa mission, les équipes d’observateurs de MIOE-O2A, ont fait un certain nombre de constats. Ce sont : la présence effective et discrète des forces de sécurité ; la présence des membres de bureaux de vote de même que les représentants des candidats ; l’ambiance détendue et conviviale quasi générale ayant caractérisé le déroulement des opérations électorales ; la disponibilité du matériel de vote dans tous les bureaux visités, ainsi que le caractère indélébile de l’encre ; les urnes observées ont été correctement scellés, transparentes et vides à l’ouverture ; la garantie du secret du vote ; les dépouillements ont été effectuées dans la transparence. « Enfin, aucun acte de vandalisme et de violence grave n’a été observé ni rapporté », a indiqué Tetevi Nyatefe Eli.

Cependant, il dira qu’ils ont noté quelques légères imperfections et insuffisances qui n’ont en aucune manière impactée de façon déterminante sur le bon déroulement des opérations de vote. Il a cité : la non assimilation des procédures de vote par certains électeurs ; la mise en place tardive et l’insuffisance du matériel électoral dans certains bureaux de vote ; et la non maitrise du code électoral par certains agents électoraux.

Qu’à cela ne tienne, il dira qu’ « au vu de tous ce qui précède, la mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ».

La Mission a néanmoins formulé une série de recommandations à l’endroit des partis politiques, de la société civile et du peuple malien.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en