Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

mardi 14 août 2018

« La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli, Chef de la Mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines, le 14 août 2018, lors d’une conférence de presse organisée à l’Hôtel de l’Amitié de Bamako.

Dans le cadre du 2ème tour de l’élection présidentielle du Mali, la Mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) a déployé des observateurs sur le territoire. Cette mission s’inscrivait dans le cadre de la promotion des élections crédibles et de la bonne gouvernance en Afrique.

Dans le cadre de sa mission, les équipes d’observateurs de MIOE-O2A, ont fait un certain nombre de constats. Ce sont : la présence effective et discrète des forces de sécurité ; la présence des membres de bureaux de vote de même que les représentants des candidats ; l’ambiance détendue et conviviale quasi générale ayant caractérisé le déroulement des opérations électorales ; la disponibilité du matériel de vote dans tous les bureaux visités, ainsi que le caractère indélébile de l’encre ; les urnes observées ont été correctement scellés, transparentes et vides à l’ouverture ; la garantie du secret du vote ; les dépouillements ont été effectuées dans la transparence. « Enfin, aucun acte de vandalisme et de violence grave n’a été observé ni rapporté », a indiqué Tetevi Nyatefe Eli.

Cependant, il dira qu’ils ont noté quelques légères imperfections et insuffisances qui n’ont en aucune manière impactée de façon déterminante sur le bon déroulement des opérations de vote. Il a cité : la non assimilation des procédures de vote par certains électeurs ; la mise en place tardive et l’insuffisance du matériel électoral dans certains bureaux de vote ; et la non maitrise du code électoral par certains agents électoraux.

Qu’à cela ne tienne, il dira qu’ « au vu de tous ce qui précède, la mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ».

La Mission a néanmoins formulé une série de recommandations à l’endroit des partis politiques, de la société civile et du peuple malien.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de