Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Police nationale : Le bilan de l’année 2018 et les perspectives de l’année 2019 exposés par le Directeur national

vendredi 8 mars 2019

L’Inspecteur général Moussa Ag Infahi, Directeur général de la police nationale, a animé le mercredi 20 février 2019, la conférence de presse annuelle de la police nationale. C’était à la Direction générale de la police. L’objectif était de faire part le bilan de l’année 2018 et de dégager les perspectives de l’année 2019.

L’inspecteur général s’est prononcé sur les activités menées de janvier 2018 au 12 février 2019. Sur la période concernée, se sont 20 010 patrouilles qui ont été organisée, dont 11.210 dans le District de Bamako contre 8.500 pour les régions. Ce sont 75 147 éléments qui été déployés, avec 40.182 dans le District de Bamako, contre 34.965 pour les régions. Sur cette période, ce sont 20 446 personnes qui été interpellées en raison de 15.822 dans le District de Bamako contre 4.624 pour les régions. Au même moment, la police saisissait 11 855 engins, dont 10.837 à 2 roues et 1015 à 4 roues. Pour le seul District de Bamako, l’on a dénombré 7 490 engins, dont 6.900 à 2 roues et 590 à 4 roues. Et, dans les régions l’on a saisi 4.365, dont 3.937 à 2 roues et 428 à 4 roues.

Au niveau du service de maintien d’ordre, se sont 2 205 services de maintien d’ordre qui ont été effectués, avec 827 dans le District de Bamako, contre 1378 dans les régions. A cela, il faut ajouter 1293 opérations de descentes de police sur l’ensemble du territoire national. Par ailleurs, ce sont 13 108 accidents de la circulation qui ont été enregistrés, avec 10 406 Accidents de la circulation routière dans le District de Bamako, contre 2 702 pour les régions.

Toujours en indiquant les chiffres, il a fait savoir que 7 588 blessés ont été enregistrés dans le District de Bamako contre 3.186 dans les régions, soit 10.774 blessés. Et le nombre de dégâts matériels se résume à 8.873 dans le District de Bamako contre 2.659 pour les régions, soit 11.532. Dans la même dynamique, 322 morts ont été enregistrés dans le District de Bamako, contre 143 pour les régions, soit 465 morts. Ensuite, 212.605 cartes nationales d’identité ont été délivrées dans le District de Bamako, contre 115 581 pour les régions, soit 328 186 cartes nationales d’identité établies, pour une recette de 212.605.000 F CFA dans le District de Bamako, contre 115.581.000FCFA pour les régions, soit 328.186.000 F CFA. Et enfin, les amendes forfaitaires ont atteint la somme de 7 381 500 F CFA dans le District de Bamako contre 43 050 000 F CFA pour les régions, soit 50 431 500 F CFA d’amende perçue.

Comme autres activités, conformément à ses misions traditionnelles, la Direction générale de la police nationale a assuré la couverture de plusieurs évènements d’ordre politique, administratif, socio-économique et culturel, religieux et autres ayant eu un impact sur la vie de la nation. A ce titre, elle a couvert plusieurs évènements majeurs susceptibles de troubler l’ordre public.

Au titre de la Direction de la police de la frontière, ce sont au total 86.360 passeports qui ont été établis dans le District de Bamako et dans les régions, pour une recette de 124.133 000 F CFA perçue et versée au Trésor Public.

Selon le Directeur général, au cours de la période considérée, l’Inspection de la Police Nationale a traité plusieurs dossiers se rapportant à divers cas. Ce sont : 205 cas entre policiers/administration, 154 cas entre policiers/population, 14 cas d’arrêt de rigueur ou de mise à la disposition du Parquet. Et, il y a eu 5 322 500 FCFA de retenues opérées sur les salaires (pensions alimentaires/dettes civiles).

Au titre des infrastructures en 2018, il a été indiqué que quatre Commissariats de sécurité publique ont été construits dans les régions de Kayes, Koulikoro, Mopti et de Gao. Et en cette année, la construction de Commissariats et logements de Commissaires dans le district de Bamako et dans les régions de Koulikoro, Sikasso, Mopti. A cela s’ajoute le poste de sécurité de Koulikoro et le poste de sécurité à Mopti.

Aussi, au titre de l’année précédente, 2 200 fonctionnaires de police dont 20 Commissaires, 30 Officiers et Sous-officiers ont été recrutés. Et pour cette année, en termes de prévision, des concours directs et professionnels seront organisés à l’endroit de 2 200 fonctionnaires de police. Il est à indiquer, au bilan de 2018, que 77 véhicules et 54 véhicules ont été enregistrés.

Selon Ag Infahi, les perspectives de l’année 2019 sont : la formation des chefs de poste, le recyclage des Officiers de Police (suite), Cours sur les pouvoirs des Officiers de Police Judiciaire (OP), les Cours sur l’analyse du renseignement, le recrutement et formation du nouveau contingent Commissaires, officiers et Sous-officiers dans divers domaines et l’élaboration du schéma directeur de la formation.

Pour conclure, il a souligné que leur préoccupation est de pouvoir mettre en place des unités de police de proximité. Il a souhaité des relations plus poussées de collaboration entre la police et les autres corps. Tout en rappelant que la mission première d‘un policier, c’est la prévention.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de