Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

vendredi 7 septembre 2018

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu par Mme Doumbia Mama Koité, présidente de la plateforme des femmes leaders au Mali, en présence des membres de ladite plateforme. Lisez l’intégralité du communiqué !

La plateforme des femmes leaders au Mali est issue de la volonté des actrices de la société civile dans le but d’appuyer le retour de la paix et contribuer à la réconciliation nationale.

Le Mali sort lentement mais difficilement d’une situation d’extrême sensibilité d’où la fragilité du pays tout entier.

Les populations sont suffisamment éprouvées particulièrement les femmes et enfants qui continuent de subir les affres de la crise multidimensionnelle et de l’instabilité de la situation sécuritaire persistante dans le Nord et le centre du pays.

C’est pourquoi nous femmes leaders :

- Considérant le rôle primordial joué par les femmes dans l’histoire du Mali, particulièrement lors des évènements du 26 mars 1991 pour l’instauration de la démocratie et l’État de droit ; et pendant la crise institutionnelle et sécuritaire depuis 2012 ;
- Soucieuses de la situation post-électorale qui pourrait engendrer une crise profonde ;
- Sachant que la démocratie a été acquise au prix de sang ;
- Considérant que les femmes et les enfants payent le plus lourd tribut dans les conflits.

Nous plateforme des femmes leaders au Mali :

- Invitons au respect des principes démocratiques si chèrement acquis
- Invitons les acteurs politiques et toutes les populations de toute tendance de veiller strictement à la sécurité des personnes et leurs biens
- Invitons les forces armées et de sécurité à agir dans le professionnalisme et dans le respect des droits de l’Homme
- Recommandons que l’état de droit soit une obligation pour tous et toutes.

Le Mali appartient à toutes ses filles et tous fils. Nous ne disposons pas de pays de rechange.

En qu’actrices de développement, citoyennes préoccupées du devenir de la nation, nous lançons un vibrant appel à toutes les maliennes et à tous les Maliens afin de mettre l’intérêt de notre Cher Mali au-dessus de tout et préserver la paix et les droits humains.

Nous réaffirmons la neutralité de notre organisation tout en exprimant avec vigueur notre détermination à jouer notre partition pour préserver l’Unité Nationale.

Le devoir de tous, de chacun et de chacune est tenir ce pays debout pour léguer une nation forte et en paix à notre progéniture.

Fait à Bamako, le 31 août 2018
La plateforme des femmes leaders

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en