Version imprimable de cet article Version imprimable | |

POLICE NATIONALE : Quand Moussa AG Infahi cultive l’insubordination

lundi 28 septembre 2020

L’histoire retiendra que c’est sous l’inspecteur général, Moussa Ag Infahi que l’insubordination s’est accentuée au sein de la police.

« Vous êtes appelé à être des cadres de la police, vous devez être des bons exemples dans vos comportement professionnels. Aucun comportement à ternir l’image de notre corporation ne sera toléré ». Ces mots viennent toujours du Directeur général de la police, Moussa Ag Infahi. Qui n’aurait pas aimé que la police soit un corps exemplaire ? Mais hélas ! Dans la pratique, la transgression des textes, le laisser aller, l’insubordination, semblent prendre le dessus. Ces maux ont vraiment gagné du terrain depuis que l’actuel DG de la police est aux commandes.

Avant Infahi, le commandement avait su insuffler une collaboration basée sur le respect et la discipline. C’était vraiment « je t’ordonne, tu exécutes sans murmures ni tambour ». Cette belle époque nous est nostalgique depuis l’arrivée de l’inspecteur général en octobre 2015.

Depuis qu’il est à la tête de la police, des chefs de police subissent « l’humiliation » de la part des subordonnés.

Il nous revient que des policiers pour ne pas dire certains responsables de syndicats ont pris en otage le DG et l’instrumentalise à leurs fins. Ses policiers syndicalistes n’hésitent pas à s’immiscer dans les affaires relevant de la Direction si une décision est prise par un chef à l’encontre d’un des leurs. Et Moussa Infahi de peur d’être la cible de ses subordonnés, ferme les yeux et fait comme si de rien n’était.

Dans un passé, n’avions-nous pas vu que des syndicalistes sont montés sur leurs grands chevaux pour tenir tête à leur hiérarchie parce qu’il y a eu sanction.

Sous Infahi, l’impuissance des autorités policières a pris un sacré coup. Elle est telle que, nous sommes en droit de soupçonner légitimement, une démission ou un laisser-aller du DG de la police, au regard des cas d’indisciplines qu’il tente d’occulter.

Il revient aux nouvelles autorités de tirer toutes les conséquences. Jamais la police malienne ne peut prendre la direction souhaitée tant qu’on a affaire avec un policier de la trame de Mousa AG Infahi. Ses cinq ans à la tête de la police, ont été les moments les plus noirs de l’histoire de ce corps.

A.S.
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav