Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Opérations d’identification des Maliens en France : L’AME invite le Gouvernement à y mettre fin

jeudi 5 janvier 2017

Dans un communiqué déposé dans notre Rédaction, l’Association malienne des Expulsés (AME) se réjouit et félicite le gouvernement de la République du Mali pour le refoulement vers la France des deux personnes expulsées au Mali avec des laissez-passer européens. Elle y invite « les Etats membres de l’Union Européenne à renoncer à l’utilisation des laissez-passer européens et le gouvernement Malien à mettre fin sans délais aux opérations d’identification de nos compatriotes en Europe ». Lisez !

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le mercredi 28 décembre 2016 les services de sécurité maliennes (Police des Airs et des Frontières) ont procédé au refoulement de deux personnes arrivées au Mali le même jour par les vols Aigle Azur ZI 521 et Air France AF 386. Ces deux personnes supposées être des maliens étaient détentrices de laissez-passer européens comme document de voyage alors que ces documents n’ont aucune base juridique et légale.

L’utilisation du laissez-passer européen par certains pays européens constitue une violation de la Convention de Vienne du 24 avril 1963 sur les relations consulaires dans la mesure où ces migrants expulsés vers le Mali n’étaient pas accompagnés par des documents délivrés par les services consulaires de la République du Mali.

Pour rappel, le gouvernement du Mali à travers le Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Coopération Internationale avait déjà mis en garde les autorités françaises contre l’utilisation des laissez-passer européens. Une note verbale a été émise dans ce sens le 27 juin 2015 et prévoyait le renvoi systématique par les mêmes vols des personnes expulsées au Mali et ne possédant pas de documents délivrés par le Consulat du Mali.

L’Association Malienne des Expulsés (AME) se réjouit et félicite le gouvernement de la République du Mali pour le refoulement vers la France des deux personnes expulsées au Mali. L’AME exhorte le gouvernement et l’encourage de continuer à œuvrer pour le respect des droits des migrants et pour une relation franche entre les deux Etats.

L’AME invite les Etats membres de l’Union Européenne à renoncer à l’utilisation des laissez-passer européens et le gouvernement Malien à mettre fin sans délais aux opérations d’identification de nos compatriotes en Europe.

Enfin, l’AME s’interroge sur le sort des migrants expulsés sur la base du laissez-passer européen et qui vivent actuellement au Mali.

Le Président
Ousmane Diarra

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de