Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Niger et Mali : Les Missions EUCAP Sahel au cœur des défis transfrontaliers

vendredi 8 décembre 2017

Comment mieux assurer la sécurité transfrontalière entre le Mali et le Niger face à la situation sécuritaire qui se dégrade ? Le séminaire « Gestion de la criminalité transfrontalière entre le Niger et le Mali »du 4 au 5 décembre réunissait à Niamey des représentants des forces de sécurité des deux pays, à l’initiative des missions EUCAP Sahel Niger et EUCAP Sahel Mali.Des recommandations ont été formulées pour de futures actions concrètes et pour une meilleure mise en œuvre des cadres de coopération existants.

Le séminaire, premier en son genre,a rassemblé les membres des Forces de Sécurité Intérieures, des représentants du ministère de la Justice et des Forces Armées du Niger et du Mali, confrontés quotidiennement aux défis sécuritaires transfrontaliers : la criminalité organisée, les groupes terroristes et la migration irrégulière. L’initiative relevait de la collaboration entre les deux missions européennes, EUCAP Sahel Niger et Mali. EUCAP Sahel Niger travaille depuis 2012 aux côtés des Nigériens dans le domaine de la sécurité, en contact étroit avec les Forces de Sécurité Intérieures. EUCAP Sahel Mali, quant à elle, est opérationnel depuis bientôt trois ans, apportant un soutien important à la Police, la Gendarmerie et la Garde Nationale au Mali.

Les travaux ont été ouverts lundi par M. Adamou, le Secrétaire Général du Ministère de l’Intérieur. Ce dernier, dans son discours d’ouverture, a félicité l’Union européenne et en particulier les missions EUCAP Sahel pour leur appui constant dans les domaines du contre-terrorisme et de la migration irrégulière : « Ce séminaire se déroule à un moment où l’on enregistre une recrudescence des actes terroristes, notamment le long de notre frontière commune. Cette situation nous oblige de facto à renforcer notre coopération en matière de sécurité et activer le mécanismes juridiques existants entre nos deux pays afin de mieux combattre ces fléaux. Je suis convaincu que ces deux jours de travaux nous permettront d’identifier et de définir les mesures opérationnelles et techniques, à prendre au niveau bilatéral pour mettre fin aux activités criminelles de ces narco terroristes. »

Pendant la première journée, les participants ont échangé sur les cadres de coopération existants ainsi que sur des bonnes pratiques nationales et internationales. Les discussions ont porté sur l’état des lieux et les lacunes de coopération dans la gestion de la coopération transfrontalière entre le Niger et le Mali. Pendant la deuxième journée, les participants ont réfléchi à des propositions et suggestions à vocation opérationnelle et technique en vue de futures actions concrètes, ceafin de permettre l’émergence des nouveaux cadres de coopération sur les thématiques-clés : les groupes terroristes armés, la criminalité organisée ou la migration irrégulière.

La finalité du séminaire était de créer les conditions de futures actions concrètes et de favoriser une meilleure mise en œuvre des cadres de coopération existants - voire l’émergence de nouveaux cadres institutionnels de coopération. Parmi les recommandations qui ont été faites, on compte par exemple le renforcement de la présence des forces de sécurité dans les zones frontalières et reculées, le renforcement, l’harmonisation et la mise en œuvre de l’arsenal juridique dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le rapprochement entre les forces et les populations, la formation des acteurs de sécurité notamment sur les textes juridiques. Enfin, le besoin de renforcer l’interopérabilité entre les forces au sein même de leur territoire, mais aussi entre les deux pays.

Selon le Chef de Mission EUCAP Sahel Mali, Monsieur Philippe Rio, la communication et la coopération entre les forces de sécurité des deux pays est essentielle pour mieux répondre aux actions des organisations criminelles et terroristes : « Ces organisations se jouent des frontières, elles passent d’un côté à l’autre. Les forces de sécurité intérieures doivent s’adapter pour que ces frontières ne soient plus un obstacle, comme elles le sont aujourd’hui, à la poursuite de ces criminels ».

Le Chef de Mission d’EUCAP Sahel Niger, Mme Kirsi Henriksson, a précisé que les deux missions EUCAP Sahel avaient un rôle de facilitateur lors du séminaire. « Nous sommes là pour soutenir les deux pays, pas pour faire le travail à leur place : ce sont les représentants des forces de sécurité du Niger et du Mali qui, ensemble, font le travail, et ce sont eux qui présentent les recommandations. Au final, cela nous aidera à mieux cibler notre soutien technique au Niger comme au Mali », a-t-elle précisé.

Contact presse
Niger/ Niamey : presse.assistant@eucap-sahel-eu
Mali / Bamako : press@eucap-sahel-mali.eu}

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en