Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Mort de plus de 200 émigrés maliens par noyade : La CADERKA s’étonne que notre Gouvernement n’ait manifesté aucun signe de deuil national

lundi 18 août 2014

« Eu égard au rôle et à la place des Maliens de l’extérieur en général et de ceux originaires de la Région de Kayes en particulier dans votre quinquennat, comment peut-on rester muet devant ces différents drames de naufrages de bateaux ou de morts des Maliens par inanition dans le désert ? La CADERKA s’étonne que notre Gouvernement n’ait manifesté aucun signe de deuil national », s’étonne la Coordination des Associations de développement des Cercles de la Région de Kayes à Bamako (CADERKA), dans une lettre ouverte adressée au Président IBK. Mais, avant, elle a estimé que "Aussi longtemps que les régions d’origine des candidats à l’émigration resteront mal développées, demeureront les flux d’émigration à la recherche d’un hypothétique eldorado au-delà de nos frontières. Les candidats à l’aventure préféreront faire face à tous les risques de l’émigration forcée (au lieu d’émigration clandestine, illégale ou irrégulière, ...) car contraints à partir contre l’incertitude de leur épanouissement dans le pays et l’indifférence de nos gouvernements ayant comme dénominateur commun la MAL GOUVERNANCE."Lisez !

Coordination des Associations
de Développement des Cercles
de la Région de Kayes à Bamako
(CADERKA)
Siège social : Immeuble KOLO, Tominkorobougou

Lettre Ouverte

Contacts :

Tibou Fayinké : 76 41 73 18
Email : tiboufayinke@yahoo.fr

Oumar Fofana : 66 78 53 07
Email : oumaroubarou@yahoo.fr
Réf : 003/PR-CADERKA

SON EXCELLENCE, MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA
REPUBLIQUE DU MALI

Monsieur le Président,

La Coordination des Associations de Développement des Cercles de la Région de Kayes à Bamako (CADERKA) est une Association de la Société Civile, émanant des ressortissants et sympathisants de cette région, dédiée à son développement économique, social et culturel. Elle est apolitique et vise essentiellement à coordonner, susciter, promouvoir et soutenir toute action contribuant au développement de la Région de Kayes.

La CADERKA accompagne l’Etat Malien, les Partenaires de la Région de Kayes et ses fils expatriés dans l’accomplissement de toutes les œuvres de développement de la Région de Kayes.

Aussi, conformément à ses missions, la CADERKA a-t-elle installé ses démembrements à l’extérieur du Mali, notamment en Europe et dont les membres ont toujours pris une part importante dans le développement socioéconomique et culturel du Mali.

La CADERKA a appris avec tristesse et indignation le énième naufrage d’une embarcation en haute mer le 28/07/2014, avec mort des candidats à l’émigration vers l’Europe dont beaucoup de Maliens.

Un communiqué du Gouvernement du Mali en date du 03/08/2014 precIsa même qu’il y avait 209 Maliens, majoritairement de la Région de Kayes, ayant péri, avec un seul survivant du nom de Maciré Sacko lui aussi ressortissant du Cercle de Bafoulabé en Région de Kayes.

Monsieur le Président,

Les questions migratoires sont aujourd’hui des défis à l’humanité toute entière.

Le Mali, de tous les temps, est un pays d’immigration, de transit et d’émigration. Il sera fastidieux de rappeler ici les causes de l’émigration malienne tous azimuts. Les mouvements migratoires ne sont l’apanage d’aucun continent, ni d’aucun pays, encore moins d’une région d’un pays ou d’une ethnie particulière.

Toutefois, au Mali, nul ne quitte le pays s’il n’y est contraint par l’insécurité et/ou la misère.

Toutes les Régions du Mali sont certes concernées par les phénomènes d’émigration mais force est de reconnaitre que la Région de Kayes est celle où leur ampleur est la plus importante. Le communiqué de votre gouvernement, cité ci haut, confirme à juste titre cette affirmation.

Monsieur le Président,

Il est de notoriété publique que l’apport des migrants maliens originaires de la Région de Kayes représente un potentiel économique dont le volume global en devises constitue la première source de financement des villages et communes de cette région, leur permettant d’accéder à des services sociaux de base qu’ils n’auraient jamais eu, ou tout au moins difficilement à travers des financements publics.

Monsieur le Président,

Eu égard au rôle et à la place des Maliens de l’extérieur en général et de ceux originaires de la Région de Kayes en particulier dans votre quinquennat, comment peut-on rester muet devant ces différents drames de naufrages de bateaux ou de morts des Maliens par inanition dans le désert ? La CADERKA s’étonne que notre Gouvernement n’ait manifesté aucun signe de deuil national.

Aussi longtemps que les régions d’origine des candidats à l’émigration resteront mal développées, demeureront les flux d’émigration à la recherche d’un hypothétique eldorado au-delà de nos frontières. Les candidats à l’aventure préféreront faire face à tous les risques de l’émigration forcée (au lieu d’émigration clandestine, illégale ou irrégulière, ...) car contraints à partir contre l’incertitude de leur épanouissement dans le pays et l’indifférence de nos gouvernements ayant comme dénominateur commun la MAL GOUVERNANCE.

L’émigration ne saurait être également un sacerdoce ad vitam aeternam. La CADERKA reste disponible pour aider à dégager des pistes pérennes qui permettraient de la résorber significativement.

A défaut d’avoir une Politique Migratoire Nationale conséquente, nonobstant l’existence d’un département ministériel dédié aux Maliens expatriés, le Gouvernement de la République du Mali se doit de prendre toutes les dispositions utiles pour protéger et accompagner nos compatriotes expatriés, toutes tendances confondues. Il existe bel et bien des solutions envisageables par le Gouvernement malien, en partenariat avec les pays de transit et d’accueil des Maliens candidats à l’émigration pour conforter leurs positions.

Singulièrement, les fils de la Région de Kayes ayant choisi de s’expatrier méritent des facilités de sortie et un accompagnement approprié jusqu’à leur destination définitive. N’eût été l’apport des migrants de cette région, depuis des décennies, le Mali aurait connu une tragédie dans cette autre partie du Territoire National comme dans les régions du Nord Mali.

Monsieur le Président,

Les fils de la Région de Kayes ne voudraient pas prendre des armes contre leur Etat. Ils vous interpellent très fortement à prendre très urgemment des mesures idoines particulières pour faire la lumière sur tous les drames intervenus et considérer l’émigration comme un atout et non pas un handicap pour la Région de Kayes, voire pour le Mali tout entier.

Tout en condamnant avec la dernière énergie ces drames, la CADERKA présente ses condoléances attristées aux familles des disparus, à toutes les populations du Mali, singulièrement à celles de la Région de Kayes et au Gouvernement de la République du Mali.

Dans l’attente d’une suite favorable, veuillez agréer, Excellence Monsieur le Président de la République, notre très haute considération.

Bamako, le 08/08/2014
Pour la CARDEKA
Le Président Tibou Fayinké

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav