Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Mopti, Ségou : les humanitaires s’inquiètent des conséquences sanitaires de l’interdiction de circuler à moto

mercredi 12 avril 2017

Bamako, 12 avril 2017 – Les organisations humanitaires Médecins Sans Frontières (MSF) et Terre des hommes (Tdh) s’inquiètent des conséquences sanitaires pour la population, suite à l’interdiction partielle ou totale de circuler à moto entre les villages, décidée par les autorités dans les régions de Mopti et de Ségou.

Cette mesure, décidée dans le cadre des politiques visant à améliorer la sécurité dans cette région, a pour effet de réduire les possibilités de transfert vers les CSREF des patients nécessitant une hospitalisation, et entrave fortement les stratégies avancées de vaccination et d’accès aux soins dans les communautés.

« Depuis le 20 février, nous constatons une diminution significative de l’affluence des patients vers les centres de santé communautaire. Cela se traduit certainement par l’aggravation de l’état de santé des patients, avec un risque spécifique pour les femmes enceintes et les enfants,explique Annabel Debakre, représentante de Terre des hommes au Mali. Dans le district sanitaire de Macina par exemple, où des mesures d’interdiction totale de circuler ont été prises, les acteurs de soins font état de graves difficultés dans le transfert des patients. Ceci se traduit par une baisse significative des admissions d’enfants malnutris au centre de santé de référence ».

En plus de compliquer l’accès aux structures de soins, l’interdiction de circuler à moto entrave les activités préventives et curatives dans les villages et les hameaux reculés. Au-delà de 5 km des centres de santé, la politique nationale de santé prévoit la mise en place de stratégies avancées, notamment en matière de vaccination, de suivi de la femme enceinte et allaitante, et de dépistage de la malnutrition, entre autres. Ces activités sont essentiellement menées à moto par le personnel des CSCOM.

MSF a récemment démarré un projet de soutien à l’accès aux soins de santé de la femme dans le cercle de Ténénkou, où environ 80% de la population vit à plus de 5 km d’un centre de santé. Si dans la région de Mopti, par décision du gouverneur, l’interdiction de circuler à moto s’applique de 18h à 6h, à Ténenkou le commandement militaire a prescrit une interdiction totale de circulation entre les villages, de jour comme de nuit.

« Nous souhaitons qu’à Ténenkou, la mesure puisse être harmonisée avec le reste de la région de Mopti, en permettant la circulation à moto entre les villages la journée, entre 6h et 18h, explique Sarah Chateau, représentante de Médecins Sans Frontières au Mali. Cela permettrait au personnel médical de redémarrer les activités dans les communautés, et aux populations d’accéder aux structures de soins. Il faut protéger l’accès aux soins des populations les plus éloignées des centres de santé, qui était déjà particulièrement précaire avant l’adoption de cette mesure ».

MSF est intervenue pour la première fois au Mali en 1992. Aujourd’hui, les équipes MSF interviennent dans les cercles de Kidal, d’Ansongo et de Koutiala, notamment en renforçant l’offre de soins maternels et pédiatriques. Par ailleurs, MSF vient de mettre fin à sa présence dans l’hôpital régional de Tombouctou, qui durait depuis 2012, et a ouvert début 2017 un projet dans le cercle de Ténenkou.

Terre des hommes, première organisation Suisse d’aide à l’enfance, mène depuis 2013 un programme de santé maternelle, néonatale et infantile dans 33 centres de santé de la région de Ségou, en appui au système de santé et aux communautés, améliorant l’accès aux soins pour plus de 110 000 enfants et près de 28 000 femmes enceintes, y compris pour la prise en charge de la malnutrition.

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en