Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Marathon de la paix et la réconciliation : Pour favoriser la collaboration entre la police et la population

mardi 12 février 2019

Le samedi 9 février 2019, le collectif pour le renouveau du peuple et la lutte contre la délinquance juvénile, a lancé officiellement ses activités par l’organisation du marathon de la paix et de la réconciliation couplée à un don de sang, à la mémoire des victimes civiles et militaires de la crise. Evènement s’est déroulé au monument de la paix. L’objectif était de prôner la cohésion sociale entre la population et la police.

Placée sous la haute présidence de Moussa Ag Infahi, directeur nationale de la police, cette première édition a permis la présence de nombreux policiers, les membres du collectif et les représentants de l’administration et des élus locaux.

A l’entame de ses propos, le Directeur national de la police a remercié les responsables du collectif pour cette initiative qu’il estime très noble. À l’en croire les missions de ce marathon s’inscrivent dans les lignes directrices de la police dans le cadre de la paix et de la réconciliation. Selon lui, la cohabitation des porteurs d’uniformes et des civils constituent un maillon essentiel pour combattre l’insécurité. Il a assuré de l’accompagnement et de la disponibilité de la police à toutes les stratégies pouvant faciliter le Collectif à atteindre ses missions.

Sanoussi Tangara, président dudit Collectif, a estimé que cette première étape marque le début d’une aventure nationale. « Le Collectif a l’habitude d’intervenir dans les centres de détention pour sensibiliser les détenus.

Mais pour ce qui est la mise en place d’un marathon couplé au don de sang dans le cadre de la paix et la réconciliation, c’est une première », a-t-il fait savoir. L’occasion était favorable pour lui d’adresser ses remerciements à la Direction nationale de la police qui n’a ménagé aucun effort pour la réussite de cet événement.

Selon lui, après l’étape de Bamako, le Collectif se rendra à l’intérieur du pays pour se consacrer aux mêmes missions de sensibilisation et d’information toujours dans les centres de détention. Il a noté que le Collectif intervient également dans les commissariats toujours dans le cadre de l’apaisement et de collaboration. Ce qui lui a permis de souligner l’objectif de son Collectif. Selon lui, il vise à sensibiliser aux changements de comportement de la population, la lutte contre la délinquance juvénile.

La cérémonie a été clôturée par la remise de trophées aux trois premiers marathoniens masculins et féminins.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de