Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Mandjou Yattara, Directeur général du FESCAURI : « Dix ans pour un festival symbolise le caractère de durabilité de l’évènement »

dimanche 18 décembre 2016

Siby, localité située à 45 km de Bamako, est depuis le vendredi 16 décembre 2016, le point de convergence du Mali culturel. Dans le cadre de la 10ème édition du Festival International des Cauris du Mandé (FESCAURI), du 16 au 18 décembre 2016, Siby a vibré au rythme de concerts, de conférence débat, d’exposition des artisans et de la pharmacopée, de la veillée des chasseurs… Le ton de ces 3 jours de manifestations a été donné le vendredi 16 décembre 2016, au stade de Siby, sous la présence effective de Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la culture.

Pour la circonstance, madame le ministre avait à ses côtés son homologue de l’artisanat et du Tourisme et celui de la jeunesse et de la construction citoyenne. L’on a remarqué une présence du Pr Dioncounda Traoré, ancien Président de la République.

En sa qualité de Directeur du Festival, Mandjou Yattara a rappelé que le Festival International des Cauris du Mandé (FESCAURI) célèbre cette année son 10ème anniversaire. Selon lui, « dix ans pour un festival dénote d’une certaine maturité et symbolise le caractère de durabilité de l’évènement ». Il dira que d’année en année, ce festival s’est positionné comme un rendez-vous culturel majeur au Mali et dans la sous-région ouest africaine. Le Promoteur de l’évènement a estimé que cela c’est fait au prix de plusieurs sacrifices, souvent dans des conditions difficiles liées à la situation de crise de notre pays de ces dernières années.

« Malgré tout l’équipe du FESCAURI a cru en ce projet, l’a soutenu de manière volontaire et l’a porté très haut au fil des années, les populations locales se sont appropriées de l’évènement et les partenaires sont restés fidèles à leurs engagements », a indiqué Mandjou Yattara. Avant d’ajouter que ce festival a pour objectif de contribuer au développement socio-économique de la population locale par la création d’activités génératrices de revenus, des emplois temporaires et permanents.

« La 10ème édition du Festival va s’axer autour de la dimension culturelle malienne et africaine », a indiqué Mandjou Yattara. Il a annoncé que durant 3 jours, le public va profiter d’un florilège d’expressions artistiques de la confrérie des chasseurs et bénéficier des savoirs de la médecine traditionnelle où vont se mêler des sensations auditives et visuelles, ainsi que différentes expériences spirituelles divinatoires.

Selon Mandjou Yattara, le FESCAURI 2016 sera également des conférences, des expositions, des consultations de devins-guérisseurs, de l’écotourisme et des concerts live avec des artistes du Mali et de la sous-région.
Il a ajouté que le thème de cette année qui est « Savoir local : Paix et Protection de l’environnement », très évocateur, permettra d’apprendre davantage sur les recours à nos savoirs locaux pour la paix et la protection de l’environnement.

« La 10ème édition du FESCAURI, c’est aussi des innovations telles que la soirée ‘’BOGNA MA SEGUI’’, une reconnaissance du rôle historique que des personnalités politiques, économiques, culturelles ont joué pendant les 10 ans du festival ; une journée de plaisir en brousse au cœur des monts mandingues ; le carnaval avec une centaine d’artistes et de marionnettes géantes déambulant dans les rues de Siby ; une discothèque à ciel ouvert avec un Dj de renom dénommé Siby by Night », a indique le Directeur du Festival.

Après des remises de trophées par le Comité scientifique, Madame le ministre de la culture a procédé à lancement des activités de la 10ème édition du FESCAURI.

Sous la conduite de la musique de Yoro Sidibé et de Sabou Bala, les chasseurs ont défilé. Mais, auparavant, les officiels ont procédé au vernissage de l’exposition photo « Donso foli » à la Maison des chasseurs de Tabou.

Dans la nuit du vendredi 16 décembre 2016, les Festivaliers ont assisté à la prestation des artistes qui se sont succédés sur la scène lors du Concert des voix du manding.

Assane Koné
Envoyé spécial

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !