Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Madame Diarra Ramata Diarra l’ancienne sagefemme de Baguinéda n’est plus…

jeudi 20 juillet 2017

Un proverbe bien ancré en milieu Bambara dit ceci : Toute créature humaine qui se dresse debout est appelée à se coucher tôt ou tard. Voilà, une bien triste réalité perpétrée par la cruauté de la mort abominable. Mardi matin, dès l’aube, Madame Diarra Ramata Diarra l’ancienne sagefemme de Baguinéda à la retraite s’en est allée dans la dignité.

Elle aura laissée derrière elle l’image d’une femme modèle tant sur le plan professionnel que social dans la localité. Après plus de quarante ans de loyaux services rendus qui l’a mené à la retraite, l’ancienne sage-femme a élu domicile à Baguinéda Camp loin de sa région natale de Bougouni. Pour témoigner la solidarité avec la famille de la défunte, Baguineda a rendu hommage à celle qui était devenue un de leur. En cette douloureuse occasion, tous les leaders d’opinion de Baguinéda demeuraient présents. De l’imam monsieur Dramane Coulibaly, au chef de village Monsieur Drissa Coulibaly en passant par les représentants de la mairie ont tenu à rendre hommage à cette brave femme au cours de la cérémonie d’hunimation. Sans détour, le chef Drissa Coulibaly éleva la voix et dit : « au nom de la population de Baguinéda Camp, je salue la mémoire de celle qui a accompagné la mémoire de nombreuses femmes de mon village dans l’épreuve de l’accouchement. De nos jours, une grande part de jeunes adultes de Baguinéda et des villages environnants sont nés entre ses mains. J’avais donc le devoir moral d’être présent ici aujourd’hui en rappelant aux Baguinedais l’acte posée par l’illustre disparue. Nous prions la clémence du Tout Puissant Allah de l’accompagner au paradis ». On notait également la présence d’une forte délégation venue de Bougouni.

Au-delà, de sa profession de sage-femme d’état, Madame Diarra Ramata Diarra était de tous les combats auprès des femmes de la commune rurale de Baguinéda. Militante chevronnée de l’USRDA, elle fait partie des spécimens rares de maliennes restées fidèles aux idéaux de feu Modibo Keïta père de l’indépendance de la Nation. Signalons de passage que la défunte demeurait l’épouse de feu le capitaine Alassane Diarra compagnon de Dibi Syllas Diarra déporté à Taoudéni durant dix longues années de travaux forcés. Ce ne fut donc aucune surprise que d’apercevoir l’ancien ministre de l’éducation nationale Monsieur Mamadou Bamou Touré ancien secrétaire général de l’USRDA lors des funérailles. Tout comme les progénitures de feu Amadou Traoré dit Amadou Djikoroni, de feu Diby Syllas et de feu Birama Sissoko venus accompagnés Madame Diarra Ramata Diarra pour son ultime voyage.

Que les terres fertiles de Baguinéda lui procurent fraicheur et douceur pour son accès au paradis. Dort en paix tantie ….

Aboubacar Eros Sissoko

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en