Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Ligue des champions d’Afrique : Une victoire impérative s’impose à nos deux représentants lors des matchs retour

lundi 12 février 2018

Les deux représentants du Mali en ligue des Champions, le Réal et le Stade malien ont été accrochés, chacun par match nul (1-1) au stade Modibo Keïta face, par les Nigérians de MFM et par les Ivoiriens de Williamsville. Les matchs retour s’annoncent très difficiles pour les deux équipes qui doivent obligatoirement gagner à l’extérieur ou obtenir un nul plus avantageux pour franchir le tour des préliminaires.Ligue des champions d’Afrique : Une victoire impérative s’impose à nos deux représentants lors des matchs retour

L’espoir d’une victoire des clubs maliens engagés ce week-end en compétitions africaines, reposait le dimanche 11 février 2018 sur les épaules de l’AS Réal qui a joué contre MFM FC du Nigéria en préliminaire aller en ligue des champions Afrique à Bamako.

La partie a démarré de la façon la plus difficile pour les noirs et blancs. Les scorpions se sont vite fait surprendre par l’ouverture du score par les visiteurs dès la 15ème mn de jeu par Nojeem Akuyemi sur un corner de son partenaire Stanley Okorom. Et le tableau d’affichage l’annonçait bien : 1 but à 0 pour les Nigérians. Mais, cette joie nigériane sera de courte durée, puisque l’AS Réal a remis les pendules à l’heure quelques minutes seulement après par le capitaine Mohamed Camara.

Au départ et à la conclusion de cette action, il concrétise judicieusement le centre de son co-équipier El Hadji Salim Bah. Le tableau affichait pour le bonheur des maliens, un but partout à la 17ème mn de jeu. Mais, malheureusement c’est sur ce score que les deux équipes regagnent les vestiaires à la mi-temps. Le score ne va pas du tout évoluer pendant la deuxième mi-temps. Et, c’est sur le score de Un but partout que l’arbitre va donner le coup de sifflet final.

Donc à Bamako, les deux équipes se sont neutralisées au bout d’un match qui ne s’est finalement joué qu’en l’espace de quelques minutes.

Moussa Keita dit Dougoutigui, entraineur de l’AS Réal de Bamako s’est exprimé après la rencontre. « Dans les 15 premières minutes du jeu, on a encaissé un but matinal, il fallait réagir. Et, nous l’avons fait aussitôt pour égaliser. Mais, je vous parle sincèrement que c’est une équipe qui m’a pas du tout convaincu. Tout est possible au match retour, le match n’est pas encore fini », a-t-il rassuré.

« L’équipe du réal est une très bonne équipe. Tactiquement ils sont en place. On a pu les contenir, fermer les espaces pour ne pas les laisser jouer. C’est ça qui nous a donné le premier but dans la première partie. Il y a un point à l’extérieur, surtout un but à l’extérieur, c’est quelque chose d’important », renchérira Miakib Giscard, joueur du MFM FC (Moutain of Fire and Miracles) du Nigeria, visiblement content de son équipe.

L’autre représentant malien en ligue des champions, le Stade Malien de Bamako a également été contraint au partage de points par Williamsville de la Côte d’Ivoire (1-1), samedi 10 février 2018, au stade Modibo Keïta. Il faut rappeler que les Blancs ont mené au score jusque dans les dernières secondes de la rencontre, avant de se faire surprendre par l’équipe visiteuse. En effet, N’Tji Amadou Samaké a marqué pour les siens, en transformant un penalty à la 17ème minute et c’est dans les toutes dernières secondes de la rencontre que Karidioula Trésor Mofosse égalisera pour l’équipe de Williamsville (1-1, 90è min+3). Avec ce résultat nul, les blancs de Sotuba se compliquent la tâche et l’équipe de Sotuba est condamnée à une victoire, le week-end prochain au stade Champroux, pour renverser la situation.

« Ça fait mal de concéder un but dans les arrêts de jeu. Quand une équipe n’est pas en jambe, c’est toujours comme ça. A ce niveau, il faut une bonne dizaine de matchs de préparation, alors que nous on n’en a eu que trois. Je pense que ce match va nous faire beaucoup de bien, avant la manche retour », regrettera le nouvel entraîneur du Stade Malien de Bamako qui devra obligatoirement gagner au stade Champroux ou obtenir un nul plus avantageux pour espérer être avec ses poulains à la seconde étape de la Ligue des champions.

Pour sa part, le technicien de Willimasville, Kouassi Abi Yao, a salué la prestation de son équipe dont c’était le tout premier match en Ligue des champions. « Williamsville est une jeune équipe qui est montée en première division ivoirienne, il y a deux ans. Nous avons notre philosophie de jeu, aujourd’hui on avait en face une grande équipe du Stade malien qui sait vraiment jouer au football. En venant à Bamako on savait que ça allait être très difficile, mais on s’est dit qu’on pouvait obtenir, au moins un nul. Les jeunes ont répondu présents, ils ont été bons dans l’ensemble et nous sommes contents du résultat », martèlera, Kouassi Abi Yao l’entraîneur de Williamsville.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en