• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    La MINUSMA condamne fermement l’attaque contre le camp onusien à Kidal

    Tessalit, le 22 mars 2018 – La MINUSMA condamne de la façon la plus ferme l’attaque perpétrée contre le camp de la mission à Kidal. Tôt ce matin, le camp de la MINUSMA a en effet été la cible de tirs indirects aux mortiers. Selon les rapports préliminaires, des

    Nord du Mali : Gatia-MSA annoncent la neutralisation de Almahmoud Ag Iddar Alias Mokossi

    « Almahmoud Ag Iddar Alias Mokossi le numéro trois (3) de l’organisation criminelle sévissant dans la zone, ainsi que six (6) autres bandits ont été́ neutralisés, trois (3) bandits immobilisés en instance d’être remis aux autorités, quatre (4) véhicules

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    La sempiternelle question de la popularisation des Rencontres de Bamako : Un début de solution avec l’initiative « Ciné photo mobile » de Anna-Alix Koffi

    vendredi 8 décembre 2017 , par Assane Koné

    « Quelle mise en scène possible pour l’œuvre afin qu’elle se présente au plus grand nombre ? Comment emprunter un lieu le temps d’une foire, d’un festival, d’une biennale, tout en prenant en considération la problématique de l’interaction avec les hôtes les moins impliqués, les moins avertis ? ». Ces questions que se pose Anna-Alix Koffi, commissaire invitée, à la 11ème édition des Rencontres de Bamako, reviennent à chaque édition de la Biennale africaine de la photographie, depuis 1994, date de la création de cet important rendez-vous qui a contribué à révéler la photographie africaine au reste du monde. Mieux que de se poser des questions, elle a décidé d’opérer en mode solution, en proposant « Ciné photo mobile ».

    Loin d’emballer la population malienne, tous statuts confondus, sauf un petit monde de professionnels de la culture, chaque deux ans, depuis 1994, se tient à Bamako, au bord du Djoliba, la Biennale africaine de la photographie. En 23 années d’existence, les Rencontres de Bamako, Biennale africaine de la photographie, peine à mobiliser la population bamakoise, à plus forte raison, celle de l’intérieur du Mali. A part, un cercle d’initiés à travers le Mali, l’Afrique et le monde, les Rencontres de Bamako, se battent comme elles peuvent pour sa popularisation. A quoi cela est dû ? Et, que faut-t-il faire pour remédier à ce problème ?

    La réponse simpliste et facile qui consiste à dire que cela est dû à la nature de la discipline « photo » ne doit plus être à l’ordre du jour. Et, l’initiative de Anna-Alix Koffi, intitulée « Ciné photo mobile » vient nous rappeler de la manière la plus éloquente, des pistes à envisager pour la résolution de cette sempiternelle problématique.

    Dans l’argumentaire de son projet spécial, elle a posé les questions justes, pour ne pas dire les vraies questions : Quelle mise en scène possible pour l’œuvre afin qu’elle se présente au plus grand nombre ? Comment emprunter un lieu le temps d’une foire, d’un festival, d’une biennale, tout en prenant en considération la problématique de l’interaction avec les hôtes les moins impliqués, les moins avertis ?

    Au regard de la persistance de la problématique, l’on pourrait avoir la tendance de croire qu’elle est sans solution. Alors que, cela n’est pas vrai. La persistance de la problématique pourrait se justifier par le fait qu’il n’y a jamais eu d’initiatives fortes pour prendre sa résolution à bras le corps. Ou du moins les initiatives timides, timidement conduites, ne sont pas de nature, à contribuer à la résolution de cette problématique.

    C’est pour cela que nous osions espérer que l’initiative de « Ciné photo mobile » du Commissaire invitée Anna-Alix Koffi, va recevoir toute l’attention qui lui est due. Et, pourquoi pas lui adjoindre d’autres activités qui seront de nature à la rendre plus opérationnelle dans l’atteinte des objectifs.

    Le temps est venu de songer à faire partager les belles images photographiques des Rencontres de Bamako, avec le maximum de maliens. Il faut penser à tous ces maliens qui n’ont pas accès à la culture contemporaine et qui ne vont voir des expositions, souvent organisées dans des lieux qui leur semblent interdis.

    C’est en cela que nous saluons avec force, l’initiative « Ciné photo mobile » de Anna-Alix Koffi qui se propose de faire quitter les images des murs des salles d’exposition et aller à la rencontre de toutes les populations, pour des soirées sur les places publiques avec l’appui des associations des quartiers de Bamako. La semaine professionnelle des Rencontres est terminée, donc vive le mois de "Ciné photo mobile".

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce