Version imprimable de cet article Version imprimable | |

La Plateforme « AN TÈ, A BANNA » dit NON aux violences et aux escadrons de la mort

mardi 25 juillet 2017

La Plateforme AN TÈ, A BANNA-TOUCHE PAS MA CONSTITUTION condamne avec la dernière énergie la tentative d’assassinat du chroniqueur Madou-ka-Journal dans la nuit du lundi au mardi.

En effet, un homme armé a tiré à bout portant sur Madou à Boulkassoumbougou (Est de Bamako), la nuit dernière, peu avant 1h du matin, le blessant grièvement. La balle qui a traversé la partie supérieure du thorax est logée au côté droit de la poitrine.

Une intervention chirurgicale est prévue dans la journée pour extraire le projectile. Le chroniqueur Madou-ka-Journal est un des principaux animateurs du nouveau mouvement démocratique qui s’oppose au projet de révision de la constitution initiée par le président de la République. Il a pris une part active à la grande manifestation du 17 juin dernier au cours de laquelle, il était en première ligne aux côtés des leaders de la Plateforme.

L’agression contre Madou-Ka-Journal survient dans un climat de haine et de surenchères verbales déclenché par le pouvoir et ses partisans contre les opposants à la révision constitutionnelle. Elle est la dernière en date d’une longue série d’attaques et d’agressions contre les responsables et militants de la Plateforme AN TÈ, A BANNA :

⁃ Une délégation de la Plateforme conduite par le chroniqueur Rasbatch a été empêchée manu militari, le 2 juillet, d’entrer dans la ville de Bougouni ;

⁃ La vandalisation, le 19 juillet, du véhicule de l’épouse de l’honorable Soumaïla Cissé à Bako-Djikoronin ;

⁃ L’attaque de miliciens-loubards contre le sit-in pacifique organisé, le 19 juillet, devant l’ORTM par les associations "Trop, c’est Trop" et "Ça suffit", toutes deux membres de la Plateforme AN TÈ ;

⁃ L’agression armée, le 20 juillet contre le domicile d’un membre de la Plateforme au quartier l’Hippodrome, blessant grièvement par balles un résidant encore hospitalisé ;

⁃ L’attaque, dans la nuit du 21 au 22 juillet, contre la voiture de militants de la Plateforme à Sirakoro-Méguétan.

La Plateforme AN TÈ, A BANNA prend à témoin l’opinion nationale et internationale sur les dérives violentes du régime. Elle invite le président de la République à mettre fin à l’atmosphère de haine et de violence dont l’entière responsabilité incombe à ses partisans et à lui-même.

Ils s’évertuent depuis des semaines à diaboliser les opposants à la révision constitutionnelle en les présentant comme des apatrides et ennemis de la paix. La Plateforme tient le président de la République pour responsable de toute détérioration du climat sécuritaire actuel notamment la sécurité des responsables, militants et sympathisants de la Plateforme.

La Plateforme invite tous ses adhérents et sympathisants, tous les démocrates de Bamako et environs à un rassemblement ce 25 juillet à 16h devant la Bourse du Travail à Bamako-Coura pour dire NON à la violence, NON aux milices, NON aux escadrons de la mort !

Bamako, le 25 juillet 2017
P/ la Plateforme
Le Premier Vice-Président
Honorable Amadou Thiam.

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en