Version imprimable de cet article Version imprimable | |

L’affaire de QNET en Guinée : retour au pays de 342 maliens détenus

vendredi 15 novembre 2019

Le mercredi 13 novembre 2019, dans le cadre de la mission d’assistance auprès des Maliens en détresse en République de Guinée, Habib Sylla, président du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME) a animé une conférence de presse. L’objectif était de faire la restitution de la situation des maliens en détention en Guinée et la mission d’assistance qui a permis la libération de 342 maliens détenus dans les prisons guinéennes.

Il ressort de la déclaration que, du 1er au 7 nombre 2019, une mission d’assistance du ministère des Maliens de l’extérieur, conduite par M. Tahirou Sidibé, conseiller chargé des affaires juridiques, s’est rendue en République de Guinée. La mission avait pour but de porter l’assistance dudit ministère, à l’ambassade du Mali et au conseil de base des maliens de l’extérieur de la Guinée, afin d’obtenir la libération des maliens détenus dans les prisons guinéennes dans ce qu’on peut appeler « l’affaire QNET ».

Parlant de la situation, Habib Sylla a précisé que la délégation a été informée qu’une société dénommée QNET, recrute pour une vente en ligne selon un système de parrainage qui amène la personne recrutée à payer la somme de 500 000 FCFA, signer un contrat et faire inscrire deux autres personnes moyennant 500 000 FCFA chacune. Après cette étape, il lui est promis un bonus et un compte actif dans lequel sera versée toutes les semaines la somme de 135 000 FCFA.

Sur la même ligne, selon lui comme les gains promis deviennent de plus en plus importants en fonction des personnes inscrites, beaucoup de jeunes croyant trouver le filon d’or se sont laissés prendre. En indiquant que, ce sont 460 maliens, essentiellement des jeunes qui ont été pris dans la nasse.

Poursuivant son intervention, il a expliqué que les autorités guinéennes n’ont pas toléré un tel regroupement de personnes inconnues dans des maisons isolées, dans les périphéries de Conakry et dans d’autres localités du pays. Pour lui c’est la raison pour laquelle des maliens ont été interpellés et emprisonnés à la Maison d’Arrêt Centrale de Conakry, mais aussi à Dubreka, Kankan et Siguiri.

Une fois le fond du problème connu dans l’affaire QNET, selon lui les libérations vont suivre rapidement après un jugement. Cela a permis au chef de la délégation d’informer le ministère par le canal de Mme le secrétaire général en vue de prendre les dispositions pour un rapatriement rapide. C’est ainsi que la seconde délégation a été mise en route pour organiser le retour à partir de Siguiri grâce à 5 bus de la compagnie SONEF affrétés par le gouvernement du Mali. Il a indiqué que, chaque membre de la délégation a assuré le convoyage d’un bus de Siguiri à Bamako où l’arrivée de 342 maliens a été constatée dans la nuit du 4 au 5 novembre 2019.

Par la voix de son président, le haut conseil des maliens de l’extérieur continuera à apporter au département toute l’assistance nécessaire car il l’associe régulièrement à toutes les missions de protection et la promotion des maliens établis à l’extérieur.

Le haut conseil demande au gouvernement du Mali la vigilance et le démantèlement de toutes les activités créées à des fins d’exploitation et de spoliation des jeunes en partance vers l’extérieur. « Dans l’affaire QNET, des investigations doivent être menées pour retrouver les auteurs des extorsions de fonds afin qu’ils subissent la rigueur de la loi », a-t-il lancé avant de conclure.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.