Version imprimable de cet article Version imprimable | |

L’administration de Donald Trump réautorise l’importation de trophées d’éléphants

vendredi 17 novembre 2017

Les autorités américaines ont renversé une précédente interdiction, imposée sous Barack Obama.

L’administration de Donald Trump s’est attirée les foudres des associations de défense des animaux. Elle a réautorisé les chasseurs américains, jeudi 16 novembre, à importer des trophées d’éléphants tués au Zimbabwe. Les autorités américaines ont ainsi renversé une précédente interdiction, imposée sous Barack Obama, d’importer notamment les très recherchées défenses d’ivoire de cet animal menacé et dont la population en Afrique décroit rapidement.

Le U.S. Fish & Wildlife Service (USFWS) "va émettre des permis autorisant l’import des trophées d’éléphants chassés par loisir au Zimbabwe à partir du 21 janvier 2016 et jusqu’au 31 décembre 2018", écrit jeudi sur son site l’agence fédérale américaine chargée des questions de chasse et de pêche. Elle confirme ainsi officiellement une annonce faite cette semaine lors d’un forum sud-africain pro-chasse.

"100 éléphants sont déjà tués chaque jour"

Plusieurs médias américains affirment que le permis s’appliquera également à la Zambie. "Comportement répréhensible de l’administration Trump. 100 éléphants sont déjà tués chaque jour. Cela mènera à davantage de braconnage", a dénoncé The Elephant Project sur Twitter.

L’administration du président républicain exploite, avec cette décision, un aspect de la loi américaine sur les espèces en danger (Endangered Species Act), qui stipule que l’importation de tels trophées peut être légale si preuve est apportée que la chasse bénéficie à la conservation plus large des espèces. "La chasse pour le loisir, légale, bien encadrée, dans le cadre d’un programme, peut bénéficier à la conservation de certaines espèces en incitant les populations locales à conserver les espèces et en injectant l’argent dans la conservation", explique ainsi le USFWS. "Pour soutenir la conservation, les chasseurs devraient choisir de chasser seulement dans des pays qui ont une forte gouvernance, un encadrement intelligent et des populations sauvages en bonne santé", ajoute l’agence.

La passion des enfants du président

Ce raisonnement "revient à vendre un enfant sur le marché noir afin de lever de l’argent pour combattre les violences faites aux enfants", dénonce jeudi l’association américaine de défense des animaux PETA. De nombreux observateurs se demandent également si la décision prise par l’administration américaine a un lien avec la passion des enfants du président, qui se rendent régulièrement à la chasse aux trophées en Afrique. Une photo, notamment, est très partagée sur les réseaux sociaux. On y voit Donald Trump Jr poser, un canif dans la main droite et une queue d’éléphant dans la main gauche, à côté de l’animal mort.

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques