Version imprimable de cet article Version imprimable | |

L’Afrique de l’ouest évalue le Projet de Gestion Intégrée de la Sécheresse

mardi 8 décembre 2015

L’atelier régional pour faire le bilan avec les partenaires de la première année de mise en œuvre du Projet de Gestion Intégrée de la Sécheresse en Afrique de l’Ouest (PROGIS-AO) et partager les informations sur les actions planifiées pour l’année 2016 a commencé ce mardi 8 décembre 2015 à Ouagadougou. La rencontre fera une auto évaluation de la première année de mise en œuvre du PROGIS AO et permettra d’échanger sur les plans nationaux existants au Burkina Faso, au Mali et au Niger dans le domaine de la Gestion Intégrée de la Sécheresse.

Ils sont une vingtaine à prendre part à la rencontre et sont des représentants des institutions régionales ouest africaines (ABV, CILSS, ACMAD, UICN), des Partenariats Nationaux de l’Eau (PNE) du Burkina Faso, du Mali et du Niger, d’institutions nationales (représentants des ministères en charge des ressources en eau, de l’agriculture, des changements climatiques, des services météorologiques et d’ONGs locales) dont le domaine d’action est la sécheresse.

La 1ère année de mise en œuvre du projet a permis entre autres de répertorier toutes les initiatives/institutions au Burkina Faso, au Niger, au Mali et dans la région ouest africaine dans le domaine de la sécheresse ; de démarrer la mise en place des plateformes d’échanges dans les pays et au niveau régional sur la gestion intégrée de la sécheresse. Au cours de cette année les PNE et leurs partenaires ont pu élaborer des documents de projet de démonstration et enclencher le processus d’identification des besoins en formation des acteurs. L’équipe de projet a aussi pu établir des échanges préliminaires avec le CCRE/CEDEAO en vue du plaidoyer pour l’élaboration de lignes directrices régionales dans le domaine de la sécheresse.

La seconde année verra le démarrage de la phase de mise en œuvre des actions sur le terrain notamment les projets de démonstration, le renforcement des capacités des acteurs ainsi que la réalisation des actions définies par les plateformes régionale et nationales.

Le Projet de gestion intégrée de la sécheresse (Integrated Drought Management Program – IDMP), est une initiative conjointe de l’organisation Météorologique Mondiale (OMM) et le Partenariat Mondial de l’Eau (Global Water Partnership - GWP) qui a été lancée le 13 Mars 2013. Ce programme conjoint vise à améliorer le suivi et la prévention de la sécheresse, l’un des plus grands risques naturels au monde.

Le Projet de Gestion Intégrée de la Sécheresse en Afrique de l’Ouest (PROGIS-AO) a été officiellement lancé en Afrique de l’Ouest les 28 et 29 janvier 2015 à Ouagadougou. Mais une phase de pré-investigation au cours de laquelle des concertations ont eu lieu avec les acteurs clés et les bailleurs de fonds potentiels, suivie d’une phase de rédaction du document de projet et de l’analyse détaillée de la situation a eu lieu entre 2013 jusqu’en décembre 2014.

La mise en œuvre du PROGISAO est planifiée pour trois (03) ans et concerne le Burkina Faso, le Niger et le Mali pour des actions spécifiques. Des actions de partage des connaissances et de renforcement des capacités vont concerner tous les acteurs dans les pays de la sous-région.

Le PROGIS bénéficie d’un financement de la coopération danoise pour un montant d’un peu plus de 700 mille euros va développer des partenariats avec plusieurs institutions. Il s’agit notamment de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), du Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), du centre régional spécialisé AGRHYMET du CILSS, de CAPNET, du Centre de Coordination des ressources en Eau de la CEDEAO (CCRE/CEDEAO), de l’ACMAD, de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN), de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), de WASCAL (West African Science Service Center on Climate Change and Adapted Land Use) et de l’Institut du Sahel (INSAH).

Global Water Partnership Afrique de l’Ouest - Gwp/ao

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.