Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Kettly Noël veut donner du renouveau à la danse contemporaine haïtienne

dimanche 3 juin 2018

Évoluant entre le Mali, la France, ajoutons présentement Haïti, la chorégraphe et actrice haïtienne Kettly Noël nous revient avec Port-au-Prince Art Performance (PAPAP), une association culturelle à but non lucratif qui veut œuvrer pour le développement économique, social, artistique de la danse. Celle-ci s’engage en faveur de la création, l’éducation, la diffusion et un questionnement de notre contemporanéité. Récemment mise sur pied, cette association organise un festival de danse contemporaine du 17 au 27 mai prochain dans les rues de la capitale haïtienne.

Quelle n’a été la surprise du parterre de journalistes culturels regroupés ce 11 mai 2018 à l’ancien local du très fameux Café trio, local éphémère du PAPAP, comme mentionner dans la note de presse présentant le projet, à l’entrée dudit espace ! Le concept de cette conférence de presse visant à annoncer le festival qui débutera dans environ une dizaine de jours est pour le moins surprenant. Sans entrer dans les détails du décor de cet ancien club en chantier, Kettly Noël a dirigé, là, sous nos yeux, une séance improvisée d’échauffement avec les danseurs présents pour l’occasion. Magistrale, mystérieuse et intrigante, l’artiste de 52 ans a su montrer toute la liberté de son art en faisant exécuter aux danseurs des pas et figures qui avaient pour but d’entrer en communion avec l’espace et d’en prendre possession. D’ailleurs, c’est une femme chez laquelle on sent de la liberté, du courage ainsi que de la force qui prend la parole sans microphone pour exprimer le but de la rencontre avec la presse. “ Voilà, c’est ça. [...] Je voudrais que les jeunes aient la chance que je n’ai pas eue à leur âge.”

Cet événement établi sur une période d’une dizaine de jours n’est pas uniquement constitué de spectacles de danse. Outre ceux-ci qui se dérouleront partout à travers les rues de Port-au-Prince, des formations, des séances de transmission, des ateliers et tables rondes autour de la danse sont programmés.

Kettly Noël souligne que son objectif à long terme est de trouver un local afin d’établir un centre chorégraphique : “Pas une école de danse mais plutôt quelque chose qui la dépasse. Un cadre de formation professionnelle avec des intervenants de tout horizon, souligne celle qui a joué dans le film Timbuktu, un chef-d’œuvre qui a reçu pas moins de 7 césars il y a trois ans, soit en 2015. Ceci permettra de techniquement renforcer les capacités des jeunes danseurs, leur permettant de réfléchir, improviser, créer, fouiller, penser et ainsi sortir du cadre académique afin de permettre à la danse d’atteindre un niveau dépassant celui que nous connaissons actuellement", a-t-elle soutenu. “ J’ai remarqué dans nos écoles de danse, qu’il y a un niveau que les Haïtiens ne peuvent atteindre. Parce qu’il n’y a pas un objectif concret de faire d’eux des danseurs jusqu’à la fin.[...] Je vais inculquer aux jeunes une motivation, une croyance. Lè w kwè, ou ka travèse obstak ou pa t panse”

Celle qui a dansé dans plusieurs videoclips comme celui de la chanteuse béninoise Angélique Kidjo et gagné le prix RFI Danse en 2003 trouve que nous n’encourageons et ne soutenons que trop peu la création en Haïti. “ Ou poko gen lide a, yo dekouraje w [...] Si w koute moun, ou p ap fè anyen. Sèl bagay, fò w travay nan respè.”

Un survol de la programmation fait rapidement ressortir toute la diversité, la mosaïque de cultures qui sera représentée à cet événement. En effet, artistes, penseurs, économistes ou encore étudiants d’ici et d’ailleurs s’y retrouveront. Ils viennent d’Afrique, d’Europe, des Caraïbes, etc. Déjà que certains des jeunes danseurs à avoir pris part à la représentation en début de conférence sont africains. De plus, certains des personnages à se mobiliser pour rendre l’événement possible sont de cultures et de nationalités différentes. C’est dire que ce festival est un événement multiculturel. On y découvre aussi qu’un hommage sera rendu à Vivianne Gauthier, grande danseuse haïtienne, disparue en 2017.

Autour de sa décision de mettre un tel événement sur pied, Kettly Noël indique que dans la continuité de son vagabondage, elle revient après 25 ans d’absence avec une ambition, un espoir, un projet humain avant tout et la volonté de mettre son expérience au service du pays qui l’a vue grandir. PAPAP donne un rendez-vous de partage et retrouvailles du 17 au 26 mai 2018, à travers différents quartiers de Port-au-Prince. Artistes, public et professionnels y sont invités. D’ailleurs toutes les activités de ce festival sont gratuites.

Le Bureau national d’ethnologie, la Maison Dufort, l’Institut français en Haïti, les places Jérémie et Carl Brouard, le Yanvalou, le Cinéma Olympia de la grand’rue ou encore la Fokal sont parmi les endroits à accueillir les activités de ce festival.

http://lenouvelliste.com/article/18...

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !