Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Journées musicales de Carthage : Un symposium international pour valoriser l’instrument de musique OUD

lundi 15 octobre 2018

Dans le souci de faire rayonner les Journées musicales de Carthage et à accroître sa notoriété et son ouverture au niveau international, du 4 au 6 octobre 2018, le Palais Ennajma Ezzahra à Sidi Bou Said, a abrité le symposium international du Oud.

Dans le cadre de la 5ème édition des journées musicales de Carthage, le cadre enchanteur du Centre des musiques arabes et méditerranéennes, installé dans le Palais Ennajma Ezzahra à Sidi Bou Said, a rassemblé des Universitaires, des chercheurs, des joueurs d’Oud et des amoureux de cet instrument mythique qui va au-delà du monde arabe. Tunisiens et étrangers s’y étaient donnés rendez-vous dans le cadre du Symposium international du Oud.

Dans le cadre de ce symposium, plusieurs activités étaient au programme, notamment un concours international du Oud, avec 9 candidats de différentes nationalités arabes, européennes et asiatiques ; des conférences sur le Oud, des ateliers pour jouer du Oud, des ateliers sur la fabrication de l’instrument et enfin des soirées musicales pour luthistes tunisiens et internationaux.

Le jeudi 4 octobre 2018, la célébration du Oud a démarré par une conférence présidée par Mahmoud Guettat, universitaire et chercheur. Il est aussi spécialiste de luth et titulaire du premier prix international des sciences de la musique.

Pour cette première conférence, de nombreux spécialistes des instruments à cordes de la Tunisie et du monde arabe, ont tenu à être présent. Sans être exhaustif, l’on a pu remarquer la présence de l’égyptien Tarek Abdallah, du yéménite Ahmed Fathi, de l’irakien Omar Béchir et des tunisiens Kamel Ferjani et Béchir Gharbi.

L’intervention de l’universitaire Mahmoud Guettat a essentiellement porté sur la présentation de son livre « Le luth entre l’exactitude scientifique et les secrets de l’art », publié en 2006. Il est revenu sur l’histoire du luth, en retraçant son évolution.

Ensuite, que ce soit Tarak Abdallah, ou Omar Béchir, ou encore Ahmed Fathi, chacun dans son style est intervenu pour faire une histoire de l’instrument dans leur pays et surtout sa partition ou contribution à la pratique musicale.

Quand au tunisien Béchir Gharbi son intervention a été essentiellement consacrée à un hommage rendu au célèbre luthiste tunisien Ahmed Kalai, arraché à l’affection des siens en 2008. Selon lui, c’est ce géni qui a révolutionné le jeu de cet instrument en le rapprochant de celui du violon.

Cet symposium a aussi permis à un jury international de choisir les 3 meilleurs de Oud parmi 9 candidats. Ce sont Zied Mahdi (Tunisie), Nazih Borish (Syrie), Redha Benabdallah (Algérie), Mohamed Bouzguenda (Tunisie), Béchir Gharbi (Tunisie), Omar Beshir (Irak), Hakan Ziyagil (Turquie), Tarak Abdalah (Egypte) et Ahmed Fethi (Yemen).

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.