Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Journées culturelles du Mandé : rendez du 19 au 21 avril à Kita

jeudi 18 avril 2019

La deuxième édition des journées culturelles du Mandé aura lieu du 19 au 21 avril 2019 à Kita ; sous le thème central : « La cotonnade et la culture vestimentaire du Mandé ». L’information a été donnée ce jeudi 11 avril 2019 à la faveur d’une conférence de presse animée par les membres de la Commission nationale d’organisation à la Maison de la presse du Mali.

Cette conférence de presse était animée par le président du Grand forum du Mandé Mamadou Lamine DIARRA ; en présence du 1er vice-président, Djibril Naman KEITA ; du représentant de la CMDT, Amadou CISSE ; de la présidente du mouvement des femmes du grand Forum du Mandé Mme Machata CAMARA ; Mamadou DIABATE Kaladioula, chef des griots du district de Bamako.

Initié par l’Association Grand Forum du Mandé (GFM) ou Mandé Bolonba ; l’événement de 2019 est placée sous le parrainage de l’ancien ministre, Drissa KEITA, ancien PDG de la CMDT.

Dans son exposé liminaire, Mamadou Lamine DIARRA, a expliqué que le thème central retenu cette année « La cotonnade, Daliba fani ou Mande fani », a été choisi pour faire revivre le passé et transmettre par la même occasion le savoir-faire. Il a rappelé que la cotonnade, « Daliba fani », depuis les temps immémoriaux, est utilisée pour la confection des vêtements des malinkés. « Nous pensons que la valorisation de cette tradition, cet immense apport à la civilisation de l’Universelle, est un devoir de générations », a justifié Mamadou Lamine DIARRA.

De ses propos, il ressort que la culture moderne du coton, après une expérimentation dans l’Office du Niger (ON) pendant la période coloniale, a longtemps été à la vedette dans le centre et le sud du pays. Ainsi, la migration du front cotonnier vers l’ouest a atteint le cercle de Kita dans les années 1990, grâce aux efforts soutenus de l’ancien ministre Drissa KEITA, alors PDG de la CMDT, natif de Kita. Le laborieux paysan de Kita, déjà célèbre pour ses performances en culture arachidière, a adopté le coton et l’a pratiqué avec un franc succès. D’ailleurs, a-t-il fait savoir, sa contribution a propulsé la production nationale au premier rang de l’Afrique subsaharienne. « Nous avons trouvé tout à fait légitime, pour cette prouesse, de lui rendre honneur et chez lui », a dit Mamadou Lamine DIARRA. Il a aussi profité de l’occasion, pour rendre un vibrant hommage et exprimé la profonde reconnaissance des responsables du GFM, au parrain du présent événement.

Au programme des activités de cette présente édition : un défilé de mode pour magnifier les traditions vestimentaires des malinkés ; des visites de sites touristiques pour découvrir les paysages pittoresques et les sites historiques de Kita ; des Conférences débats sur le coton et des thèmes d’actualité ; des animations artistiques pour mettre en exergue la richesse culturelle de notre pays.

Aussi, une pléiade d’artistes, de tous les groupes sociodémographiques de notre pays, seront à l’honneur pour magnifier notre diversité culturelle, source d’enrichissement et pour rappeler que les millénaires de vie commune ont forgé une communauté de destin à laquelle nul n’a le droit de porter atteinte.
Par ailleurs, plusieurs responsables des organisations similaires des autres communautés du Mali sont aussi invités à Kita.

Créée en 2015, le GFM est une association apolitique, non identitaire et non confessionnelle qui incarne les valeurs de cohésion sociale, de paix, de solidarité et de défense des intérêts des populations du Mandé. Il incarne, selon ses responsables, les vertus du Mandé d’hier et d’aujourd’hui. Le GFM tire son origine dans le sursaut patriotique et ambitionne entre autres : de rassembler les ressortissants du Mandé autour des questions d’intérêt commun ; de se dédier à une mission de veille et surtout de promotion du dialogue intercommunautaire comme instrument privilégié du renforcement de la paix et de la cohésion nationale. Il vise aussi à jouer le rôle d’observatoire et d’interface entre les communautés du Mandé et les autorités nationales. Il s’agit également de redonner au Mandé son lustre d’antan par la préservation et la sauvegarde de ses valeurs fondatrices ; de faire le lobbying pour restituer au Mandé le rôle prépondérant qu’il a toujours joué dans l’histoire du Mali ; d’œuvrer à la solidarité, l’entraide, l’unité, la cohésion sociale et la paix dans le Mandé et au Mali.

Rappelons que le président de la république, Ibrahim Boubacar KEÏTA, est le président d’honneur de cette association.

Zié OUATTARA

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de