Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Jean Claude sidibé, ministre des sports : « Les équipes ont souhaité que le payement se fasse en liquide… »

jeudi 8 février 2018

« Ce n’était ni la fanfaronnade, ni l’exposition de richesse. Non, le ministre des Sports est un homme pauvre. Le ministère des Sports est pauvre. Nous avons eu la chance d’être aidé par le chef de l’Etat… Quand les fonds ont été débloqués, les équipes ont souhaité que le payement se fasse en liquide pour leur permettre de régler les problèmes de licence pour des joueurs devant prendre part aux compétitions africaines 2018 ». La révélation a été faite par Me Jean Claude Sidibé, ministre des sports, lors d’un point de presse co-animé avec Seydou Sow, Président l’AS Réal, le mercredi 7 février 2018, au ministère des Sports. L’objectif de ce point de presse était de replacer les choses dans leur contexte, pour ne pas que les mauvaises interprétations de l’octroi en espèces des 60 millions francs CFA aux quatre clubs engagés dans les compétitions africaines, prospèrent.

A l’entame de ses propos, le ministre a d’abord rappelé que le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta a remis une enveloppe de 60 millions de F CFA aux quatre clubs maliens engagés en ligue des champions d’Afrique et en coupe CAF, à savoir, le Stade malien, le Réal, le Djoliba et les Onze Créateurs.

Rappelons que ces quatre équipes de football ont reçu chacune la somme de 15 millions de francs CFA pour préparer les compétitions africaines interclubs de la CAF. Ces compétitions démarreront le 9 février 2018 pour la coupe CAF avec la participation des Onze créateurs qui rencontrent CERBELOUSUZDA de l’Algérie à Bamako. Toujours pour la coupe CAF, le Djoiliba-AC devrait rencontrer ELWA UNITED du Libéria, le 9 février 2018.

Le 10 février 2018, le Stade malien rencontrera WILLIAMSVILLE FC de la Côte d’Ivoire, dans la compétition de la league des champions. Enfin, l’AS Réal rencontrera le 11 février 2018, MFM du Nigéria.

Selon le chef du département des Sports, ce point-presse, tenu le mercredi 7 février 2018 au ministère des Sports avait pour but de rectifier les mauvaises interprétations de l’octroi de ces 60 millions francs CFA.

Me Jean Claude Sidibé a été clair. « Lorsqu’on a été appelé aux affaires ici, j’ai décidé de faire le tour des clubs de Bamako. Quand je suis arrivé au terrain de l’AS Réal de Bamako, Seydou Sow, président de l’AS Réal et non moins président des clubs de première division, m’a demandé d’ouvrir les stades et d’aider les clubs maliens dans le cadre des compétitions interclubs 2018. Ainsi, j’ai transmis l’affaire au Conseil des ministres et le chef de l’Etat a décidé d’accorder la somme de 100 millions pour cet effet », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter : « Il m’a ensuite demandé qu’il souhaiterait mettre les quatre équipes à l’internat à Kabala ». Selon lui, il aurait dit à sow qu’il a un souci, parce que Kabala n’est pas aussi grand pour pouvoir contenir quatre grandes équipes.

Il a ensuite précisé que quand les fonds ont été débloqués, les équipes ont souhaité que le payement se fasse en liquide pour leur permettre de régler les problèmes de licence pour des joueurs devant prendre part aux compétitions africaines 2018.

Maitre Jean Claude Sidibé a profité de l’occasion pour expliquer à l’opinion nationale et internationale que son but n’a jamais été de faire la fanfaronnade. « Ce n’était ni la fanfaronnade, ni l’exposition de richesse. Non, le ministre des Sports est un homme pauvre. Le ministère des Sports est pauvre. Nous avons eu la chance d’être aidé par le chef de l’Etat. Les clubs l’ont dit sur toutes les radios, sur toutes les chaines de télévision qu’ils sont vraiment heureux parce que cette manne tombe à point nommé, car ils avaient des déficits financiers », a-t-il déclaré.

Pour sa part, Seydou Sow, président de l’AS Réal de Bamako, au nom des quatre clubs maliens, a soutenu les propos du ministre. « J’ai fait trois demandes auprès du ministre des Sports, à savoir : ouvrir les stades de football afin de rejouer au football, avoir un financement auprès du ministère et aider les équipes maliennes engagées dans les compétitions africaines à effectuer un internat à Kabala. En revanche nous avons reçu 15 millions chacun. Par contre, le ministre avait promis de nous faire le payement par chèque. Je lui ai suggéré de donner l’argent en liquide à cause de la lenteur de la première procédure. L’octroi de ces 15 millions a permis aux quatre clubs de passer à l’action et valider les licences des joueurs en attente.

« Comme il est de tradition chez nous, je remercie le chef de l’Etat pour ce geste », a indiqué le président de l’AS Réal de Bamako.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en