• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Ismaël Samba Traoré à la Journée du Mérite littéraire 2016 : « La colère couve dans la famille du livre »

    mercredi 20 janvier 2016 , par Assane Koné

    "La colère couve dans la famille du livre. Elle pourrait, devrait prendre la forme d’une révolte. Les écrivains sont aujourd’hui dans un devoir d’interpellation. Au nom de la pensée critique. Au nom de la mauvaise gouvernance des affaires publiques qui frappe de plein pied les professions, privant votre enfant, nos enfants, de l’outil indispensable aux apprentissages, à savoir le livre", a déclaré Ismael Samaba Traoré Président de PEN-Mali. Lisez l’intervention intégrale de Ismael Samba Traoré, Président de PEN-Mali lors de la Première journée du Mérite littéraire du Mali, organisée le 16 janvier 2016, au Musée national du Mali, sous la haute Présidence du Pr Dionconda Traoré, ancien Président de la République du Mali.

    La Journée du Mérite littéraire s’adresse aux acteurs de notre famille du livre, hommes et femmes patriotes, travailleurs infatigables, bâtisseurs, penseurs, citoyens exemplaires…Certains ont subi tortures et déportation, d’autres ont perdu la vie.

    En organisant cette cérémonie et les remises de distinction qui vont suivre, nous avons voulu mettre l’accent sur ces modèles, les actes majeurs qu’ils ont posé, les leçons que peut tirer la jeunesse de tout se doter de valeurs pour innover, bâtir.

    Susciter un mouvement national pour affecter des noms aux rues (au nom des personnalités vivantes ou disparues, écrivains, hommes publics, médecins, enseignants, militaires, leaders traditionnels, etc.). Lesdites rues seront pavoisées par les portraits géants que nous avons créés sur ces figures modèles.

    A ce stade, permettez-moi de saluer la mémoire de Moussa Travélé, Fili Dabo Sissoko, Ibrahima Mamadou Ouane, Yoro Diakité…Massa Makan Diabaté, Moussa Konaté, Modibo Konaté…

    Qui sommes nous et quelle est notre place dans l’histoire de la construction de la nation ?}

    Parlant de l’esprit qui a présidé à la création de l’emblématique maison d’édition Présence Africaine, Jacques Rabemananjara disait ceci au Congrès des écrivains et artistes noirs de 1956 : "tant d’injustices et les redresser, tant d’aliénation et les combattre, Présence Africaine est fille de ces préoccupations" fin de citation. Ecrivains et éditeurs se sont longtemps reconnus dans cette formule de Rabemananjara. Cette profession de foi des précurseurs de la littérature et du combat politique a alimenté le combat de toute une génération car Présence Africaine a préparé les élites à la lutte pour l’indépendance, aidé l’école et l’université en Afrique et façonné la conscience des nouvelles élites.

    De même, Aimé Césaire a eu ces mots que des générations de militants ont repris : « Faites de moi la bouche de ceux qui n’ont pas de bouche ».
    Artiste engagé ! Ecrivain engagé !

    Ces terminologies voulaient dire quelque chose pour les artistes et écrivains d’une certaine génération…Qu’en est-il aujourd’hui ?

    Les professionnels du livre et les artistes contribuent de manière décisive à son développement. Un système éducatif et une société modernes reposent sur bien des acteurs et produits, au nombre desquels des écrivains, des éditeurs, des bibliothèques, libraires et bibliothécaires, des professeurs de littérature, etc.

    La politique éducative scientifique et culturelle des pays développés intègre à l’école les ateliers de créativité artistique sur le dessin, la musique, la danse, l’écriture, comme complémentaires de l’enseignement des disciplines classiques. Mieux, comme déclencheur de capacités pour les jeunes enfants. Ecrire s’apprend dans le sens où il faut pratiquer les techniques, apprendre à structurer la pensée, à faire des synthèses, à s’exprimer correctement. L’enseignement des techniques d’expression est à la lisière de plus d’une discipline, car il fait intervenir la communication, la stylistique, les techniques de l’expression orale.

    A partir de l’école, il faut servir au jeune enfant des enseignements sur les questions éthiques, la citoyenneté, l’histoire des idées, l’histoire de l’Afrique, la philosophie de l’histoire. En somme comme le dit l’UNESCO « …édifier les remparts…dans la tête des nouvelles générations ».

    La filière du livre au Mali est tributaire d’un contexte.

    Editeurs et écrivains sont en effet des penseurs, des acteurs indépendants, des opérateurs privés d’une filière qui, pour atteindre ses objectifs, a besoin que soient élaborées et conduites des politiques publiques adéquates.

    Il existe un environnement, complexe, qui explique certaines particularités du livre et de l’écrit dans notre société malienne.

    Nous sommes, dit on, une société malienne qui aurait des particularités. On entend tous les jours cette formule : "nous sommes une société d’oralité. On ne lit pas, on parle, on raconte." En somme une société de la grande palabre !

    Ceux qui véhiculent ces lieux communs prolongent sans le savoir les préjugés coloniaux visant à déconsidérer les sociétés dominées. L’on oublie volontiers que toutes les communautés humaines fonctionnent à l’oralité. Lorsque se pose la question de la fixation des patrimoines et des modes de transmission des savoirs, elles se tournent vers le support écrit. A cet égard la société malienne, elle aussi, est une société de l’écrit. A travers son patrimoine de manuscrits anciens, notre pays se trouve à la tête de la plus grande bibliothèque précoloniale d’Afrique au sud du Sahara. Disant cela, nous faisons référence aux manuscrits dits « de Tombouctou », c’est-à-dire à tous les écrits réalisés par les lettrés maliens depuis le temps des grands empires. Il faut se rappeler que ce rayonnement intellectuel est allé de pair avec le rayonnement militaire, politique et diplomatique du Mali précolonial.

    L’environnement du livre peut être schématisé à travers trois facteurs :

    Premier facteur à considérer  : une société qui, dit-on, ne comprend pas toujours que l’on se mette à part, pour écrire ou lire. Le mode de communautarisme dont il s’agit s’opposerait aux formes d’individualisme ...

    Deuxième facteur : une industrie du livre qui fut en pleine émergence jusqu’à l’effondrement généralisé provoqué par la crise malienne. Avant la crise, éditeurs et libraires se plaignaient de l’étroitesse du marché, du faible pouvoir d’achat des lectorats, des coûts de production très élevés qui rendent le livre produit sur place ou à l’étranger inaccessible pour l’acheteur local.

    Troisième facteur enfin : Des écrivains. Ici, il n’est pas nécessaire d’évoquer toute la production littéraire de notre pays. De Moussa Travélé à Fily Dabo Sissoko, Ahmadou Ampathé Bâ, Seydou Badian Kouyaté, Massa Makan Diabaté, Moussa Konaté…la place du Mali dans la production littéraire africaine est remarquable. Ce qui l’est moins, à nos yeux, c’est l’autre versant de cette production, à savoir la littérature grise, la production universitaire, les écrits politiques, les grandes analyses, la réflexion sur les concepts.

    Les maliens semblent moins productifs que les sénégalais, camerounais, ivoiriens, congolais…Un des porte-voix de cette réflexion critique africaine est sans conteste Aminata Dramane Traoré, altermondialiste bien connue qui prend place sans complexe dans le débat mondial.

    Par écrivains, nous ne parlons pas seulement de la littérature francophone, mais de l’ensemble du patrimoine malien. On ne peut évoquer les bibliographies maliennes et même africaines sans mentionner l’important d’écrits et bibliothèques familiales dont Tombouctou et Djenné sont les porte-flambeaux.

    Sous l’impulsion d’Amadou Ampathé Bâ, l’Unesco s’est penchée dans les années 60 et 70 sur les patrimoines tant écrits que de tradition orale. Pour les traditions orales, il s’agissait d’impulser un programme de collecte systématique auprès des détenteurs de traditions. Dans ce schéma, tout vieillard était considéré comme une bibliothèque...en péril. (cf célèbre formule d’A A Bâ)

    Dès 1967 l’idée d’un centre consacré aux manuscrits anciens est évoquée à Tombouctou par Boubou Hama du Niger et Mahamane Alassane Haïdara, homme politique malien. En 1973, le CEDRAB est créé à Tombouctou. Au fur et à mesure, il va collecter à tour de bras. Aujourd’hui la structure qui s’appelle désormais Institut des Hautes Etudes de Recherche Islamique Ahmed Baba disposait, toujours avant la crise, d’un fonds de plusieurs dizaines (trente mille) de manuscrits consacrés à la théologie, l’histoire, la physique, la gouvernance, les droits (femme, esclave) la musique, la pédagogie, et beaucoup de Fatwa, (points de vue sur un problème donné).

    I- Les acteurs et les politiques

    Qui sont les acteurs qui documentent la bibliographie malienne ?

    Au Mali, l’éditeur et l’écrivain sont deux acteurs qui évoluent ensemble depuis une cinquantaine d’années. Ensemble ils ont affronté les combats de la désaliénation et de la lutte pour l’indépendance, ils ont contribué à doter le système éducatif malien et africain et aujourd’hui ils aident à bâtir une industrie ou si vous préférez une économie de la culture.

    Politiques éducatives et culturelles

    Le régime de la première république (1960-1968) a lui aussi construit des logiques du même type. Selon Moussa Tati Kéïta , « la pédagogie du système colonial était fondée sur le déracinement des élites. Soixante années de cette pédagogie nous ont éloignés des valeurs africaines authentiques. »

    Un des premiers instruments mis en place pour rétablir les valeurs battues en brêche, ce fut une politique éditoriale, incarnée par la Librairie Populaire du Mali (LPM), qui est née en 1961 d’un patrimoine privé, l’Etoile Noire d’Ahmadou Djikoroni Traoré que je considère personnallement comme le père de l’édition malienne. La LPM va rendre disponible en tous lieux du territoire national les livres et matériels pédagogiques nécessaires aux apprentissages. Mieux la LPM va susciter en son sein la naissance des Editions Populaires du Mali en 1965. Le destin de la maison d’édition d’Etat sera chaotique. La plupart des livres programmés sortent de presse après le changement de régime intervenu en 1968. Après une période faste (années 70) qui voit la publication de nombreux écrits, dont le premier ouvrage de Massa Makan Diabaté, des écrits de Issa Baba et Issa Falaba Traoré, des études de Rokiatou N’Diaye Kéïta et Bokar N’Diaye, etc. la structure va marquer le pas au cours des années suivantes, entraînant des polémiques orageuses entre ses dirigeants et les animateurs de l’Union des Ecrivains. Seule l’imprimerie (nationale) a continué à tourner, la politique d’édition fut délaissée jusqu’au bradage de la structure, biens immobiliers, équipement et fonds éditorial compris, à un opérateur économique de la place.

    L’opérateur économique à qui ce patrimoine est cédé va créer les EDIM sa, avec un pendant imprimerie très puissant (Graphique Industrie). Il se lance dans l’édition de manuels, dépossédant ainsi les derniers barons de l’édition française qui continuaient à régner sur ce secteur. Les EDIM règnent depuis sur le marché du manuel scolaire avec Jamana, Donniya ainsi que des imprimeries. Des structures opportunistes d’émanation politique, prélèvent également leur part de marché du manuel scolaire contribuant à quelques uns à capturer ce marché qui fait l’essentiel du chiffre d’affaire de l’édition..

    Lorsqu’Alpha Oumar Konaré crée la Coopérative Culturelle Jamana en 1984, il met en place presqu’aussitôt, en 1987, les Editions Jamana, première maison d’édition non étatique. Konaré et son équipe mettent l’accent d’entrée de jeu sur le livre en langues nationales, concepts et visions débattus au sein d’un cercle de militants, connu sous le nom de Groupe bembakan dungew, animé par Abdoulaye Barry, Mamadou Doukouré « V zéro », Issa N’Diaye, Drissa Diakité, Alpha Oumar Konaré...

    Il est frappant de constater que ceux qui vont s’engouffrer dans l’édition, après 1990, à la suite de la brèche ouverte dans le domaine par Konaré, ce sont surtout des écrivains. Chiaka Diarrassouba (Fayida) dont la structure est née dès le début des années quatre-vingts, Ismaïla Samba Traoré (La Sahélienne), Moussa Konaté (Le Figuier), Dramane Traoré (Kalandiya), Samba Niaré (EDIS). Des fils d’écrivains arrivent au courant des années 2000, en 2è génération après leurs parents : Igo Diarra (Balani’s) et Kadiatou Konaré Dramé (Cauris Edition). Comme cela arrive souvent dans la profession, une directrice éditoriale créé sa propre structure : il s’agit de Maïra Sow des éditions Asselar. Une des dernières nées, Editions Tombouctou, est également le fait de deux jeunes écrivains, la romancière Aïda Mady Diallo et le nouvelliste Ibrahima Aya.

    Côté écriture en langues nationales, nous sommes encore aujourd’hui dans l’ère des transcripteurs et des traducteurs : il existe peu d’ouvrages de création pour l’instant, hormis les écrits de Dramane Traoré, Demba Aboubacar Pamanta, Samba Niaré et Ismaila Samba Traoré.

    Le cas spécifique de la littérature de jeunesse au Mali

    Le premier intervenant qui a ciblé cette catégorie de livres, dès 1985, est Chiaka Diarassouba (Fayida). Grâce au soutien de la Direction de l’Enseignement Fondamental dirigée à l’époque par Oumar Issiaka Ba, il réussit à faire acheter ses productions par l’école malienne. Il s’agissait de petits récits, écrits et illustrés initialement par l’Ecole de Formation des Educateurs Préscolaires. L’adaptation littéraire en a été assurée par Chiaka Diarassouba lui-même.

    Il s’agit des brochures illustrées suivantes :Birama et son père, Une ruse de N’Golo,
    l’Abeille racontée aux enfants, Pourquoi la grenouille est-elle dans l’eau.

    L’éphémère Revue Fayida qu’il fonde enregistre la collaboration occasionnelle d’Ismaila Samba Traoré et d’Abdoul Aziz Diallo. Les petits récits y côtoient des contes et des jeux. Il ne s’agissait pas encore de bandes dessinées.

    Lorsque naissent les Editions Jamana en 1986-87, une collection de livres pour enfants intitulée Céjuguni est annoncée, mais il faudra attendre 1990 pour voir la parution du premier titre Maïa et Taïa d’un, par ailleurs directeur de collection à Jamana. Les images sont de Louis Frégier. A la suite de Jamana et La Sahélienne, les éditions Donniya, le Figuier et plus récemment Assélar et Balani’s ont mis sur le marché des livres pour enfants, bandes dessinées et récits illustrés.

    II Infrastructurer

    Aujourd’hui, nous devrions « infrastructurer », pour parler comme le Pr Joseph Ki Zerbo. Infrastructurer, c’est créer les conditions de développement pour toute la chaîne du livre. Ici, plus que dans d’autres filières, la part des écrivains et éditeurs dans l’atteinte des objectifs est très grande. Professionnaliser les métiers, s’organiser pour maîtriser les coûts et les circuits, obtenir l’aval du système financier, représentent des modes opératoires incontournables, mais qui ne peuvent se faire que si l’Etat veille aux bons principes.

    S’agissant des objectifs qualitatifs recherchés par l’école, les professionnels du livre contribuent de manière décisive. Un système éducatif et une société modernes reposent sur bien des acteurs et produits, au nombre desquels des écrivains, des éditeurs et des livres.

    La politique éducative scientifique et culturelle des pays développés intègre à l’école les ateliers de créativité artistique sur le dessin, la musique, la danse, l’écriture, comme complémentaires de l’enseignement des disciplines classiques. Mieux, comme déclencheur de capacités pour les jeunes enfants. Ecrire s’apprend dans le sens où il faut pratiquer les techniques, apprendre à structurer la pensée, à faire des synthèses, à s’exprimer correctement. L’enseignement des techniques d’expression est à la lisière de plus d’une discipline, car il fait intervenir la communication, la stylistique, les techniques de l’expression orale.

    En guise de conclusion

    En ce moment, une certaine perplexité caractérise le monde du livre et de l’écrit. Après Sartre et Rabemananjara, un écrivain, un artiste c’est quoi, en définitive ? Et à quoi sert-il ? Peut-on dire qu’il s’agisse encore d’un statut et d’un produit stratégiques ? Cet écrivain ou cet artiste, peut-il changer la société et le monde ?

    Pour l’Afrique, en cette étape, l’écrivain et l’artiste demeurent plutôt des transcripteurs des mémoires menacées de disparition, des passeurs des savoirs, de la singularité et de l’inter culturalité, des penseurs qui s’adressent à l’Afrique, qui l’aident à réfléchir, à penser, qui se battent pour que le continent ne soit pas le consommateur passif des produits et concepts créés par les autres.

    Disant cela, je ne pense pas seulement aux littéraires, mais aux artistes, aux opérateurs culturels, à tous ceux qui, toutes disciplines confondues, peuvent traduire l’Afrique. Nos sociétés, partie prenante dans le monde, ne participent pas assez aux réseaux mondiaux de production et de diffusion des contenus à caractère culturel, éducatif, scientifique, etc. Nous ne contrôlons même pas ce qui fait notre image.

    Le livre et les arts doivent plus que jamais « transcrire l’Afrique », afin de produire des contenus. La « création de contenus », comme objectif de développement de la recherche, ne ressemble pas aux idéologismes qui ont calibré la mission de l’écrivain et de l’artiste au cours des années pré et post indépendance. C’est une nouvelle réalité, à satisfaire.

    Je m’interroge : Que vaut la capacité de créativité de nos communautés de plus en plus projetées par le satellite sur la toile mondiale ?
    Que peut le fonds culturel africain pour aider nos sociétés à atterrir sur la toile mondiale sans préjudices pour ses enfants ?

    Nous avons besoin, de toute urgence que soient actionnés deux schémas de travail : la créativité d’un côté et de l’autre la production de la pensée.

    - La créativité d’abord. La production d’une pensée, de produits et biens culturels, s’opère dans un contexte de plus en plus extraverti. Les dérives de la gouvernance actuelle en Afrique a pour noms fraudes, clientélismes ethniques et régionalistes, corruption des élites et maffia émergentes, toutes choses qui entraînent de grandes fractures sociales et économiques. Des antivaleurs militent contre les principes de justice, d’équité, de travail bien fait, d’argent gagné à la sueur de son front, de probité, etc.

    -  La production de la pensée. Ce sont les dirigeants africains qui ont le pouvoir. Les sociétés civiles instrumentalisées et les secteurs privés émergents ne comptent pas. Alors qui peut actionner une renaissance des idées ? Comment actionner une renaissance démocratique après les dérives des vingt dernières années ?
    Quand nos dirigeants parlent de culture, on a l’impression que c‘est un territoire à part. Mais en fait les actes publics ne reconnaissent que le jembé fola et les cantatrices. La culture, c’est en gros et en vrac. C’est tout juste si certains admettent que la pensée soit la culture, puisque la dynamique de production de laboratoires de pensées c’est ailleurs. C’est ailleurs qu’il ya les think tanks.

    Si vous partez de cette rencontre en disant qu’il faut refonder l’Afrique en partant de sa culture, ces caciques vont être rassurés, car ils penseront avoir entendu des lieux communs, ce qui ne les inquiète pas.

    La colère couve dans la famille du livre. Elle pourrait, devrait prendre la forme d’une révolte. Les écrivains sont aujourd’hui dans un devoir d’interpellation. Au nom de la pensée critique. Au nom de la mauvaise gouvernance des affaires publiques qui frappe de plein pied les professions, privant votre enfant, nos enfants, de l’outil indispensable aux apprentissages, à savoir le livre.

    Où se situent les responsabilités ? Elles se trouvent au niveau de ceux qui refusent que la littérature soit le reflet de leurs travers. Mais qui au vu et au su de l’histoire détournent les institutions à leur profit, encanaillent la pratique politique, font des milliards comme d’autres font des bébés.

    Elles se situent à notre propre niveau, car il nous faut être plus solidaires, plus créatifs, plus combattifs.

    Je vous remercie

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce