• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Insécurité à Bamako : les polices civiles sur pied de guerre

    lundi 18 septembre 2017 , par Assane Koné

    Vivre à Bamako est devenu un calvaire. Pour se défendre les populations de certains quartiers de la capitale ont mis sur pied des « polices civiles ».

    Ces « polices civiles » comme son appellation l’indique sillonnent les quartiers de 19h à 6 h du matin. Ces défenseurs de la population sont pour le moment efficaces : des personnes suspectes sont arrêtées, des motos sans pièces retirées et mises à la disposition de la police de proximité.

    Cette police civile rappelle heureusement les brigades d’autodéfense constituées à Bamako les dernières années du règne de Moussa Traoré. Ces brigades civiles s’étaient données pour mission d’apporter la paix et la quiétude aux populations, la police n’ayant pas comblé les attentes.

    Les polices civiles qui se constituent dans les quartiers périphériques de Bamako se sont données pour tache de défendre le droit et la liberté des populations d’aller et de revenir sans être inquiétés par des individus sans foi ni loi qui au lieu de travailler se livrent aux actes de braquage, de vol à mains armés. Ces individus se transforment tout simplement en coupeurs de route et en semeurs de désordre dans les cœurs et dans les esprits au moment où les populations sont sérieusement affectées par les effets pervers de l’insécurité et de la misère économique.

    Dans un pays où la vie devient chacun pour soi le diable pour tous, les populations s’organisent comme elles le peuvent pour se protéger de la vindicte des bandits armés surtout quand elles font appel à la police en cas de nécessité. Ces jeunes policiers civils d’autodéfense doivent être encadrés par la police qui fait déjà un travail extraordinaire.

    L’INTER DE BAMAKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce