• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    IBK au Journal le Monde à propos de la Minusma : « A quoi bon faire du maintien de la paix alors que nous menons une guerre régionale contre le djihadisme ? »

    vendredi 23 février 2018 , par Assane Koné

    « Etes-vous satisfait des actions de la Minusma ? », est la question que les journalistes du journal le Monde ont posé à IBK et sa réponse ne s’est pas fait attendre !

    « A quoi bon faire du maintien de la paix alors que nous menons une guerre régionale contre le djihadisme ? Sans un mandat plus offensif, que nous réclamons à cor et à cri, la Minusma, qui est l’une des missions de l’ONU enregistrant le plus de pertes humaines, se contente aujourd’hui de faire dans le social », a déclaré IBK.

    « Nous ne sommes pas des mendiants »

    Et, sa réponse à la question de savoir pourquoi le G5 Sahel peine-t-il à trouver des financements, quand on sait que pour l’instant, il n’a obtenu que 294 millions de dollars (environ 238 millions d’euros) sur les 423 millions nécessaires. IBK a été très incisif.

    « C’est le nœud gordien. Je suis vraiment agacé. Quand on sait ce qui est dépensé chaque jour en Irak et en Syrie dans des bombardements, voir les pays du Sahel aujourd’hui tendre la main pour avoir 423 millions d’euros, j’avoue que ça me fait mal. Nous ne sommes pas des mendiants », a-t-il déclaré sans ambages.

    Et pour être plus précis sur les responsabilités de ce qui arrive au Sahara, il dira : « Nous ne sommes pas non plus responsables de la fin de Mouammar Kadhafi et du délitement de la situation en Libye, où il y aurait près de 13 millions d’armes en circulation ». Avant d’inviter la communauté internationale à son devoir. « La communauté internationale a un devoir d’action et de solidarité. La France l’a très bien compris. François Hollande a fait de son mieux et Emmanuel Macron, avec son dynamisme particulier, est en train de pousser avec la chancelière allemande, Angela Merkel », a-t-il précisé.

    A.K

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce