Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Hôpitaux du Mali : La grève des blouses blanches suspendue sine die

mercredi 9 novembre 2016

A quelques heures de l’entrée en vigueur du mot d’ordre de grève illimitée lancé par le syndicat de la Santé, de l’action sociale et de la promotion de la femme (SNS-AS-PF) un accord a pu être trouvé à l’issue d’une longue et dure négociation.

Après plusieurs jours de tractations entre les parties, les négociateurs commis par le ministère de la santé et de l’Hygiène publique et le SNS-AS-PF, un terrain d’attente a pu être trouvé. Du coup, la grève illimitée prévue pour commencer ce mercredi 9 novembre à minuit est annulée.

La levée du mot d’ordre de grève illimitée a été accueillie avec un ouf de soulagement tant du côté du gouvernement que des grévistes ainsi que par les populations qui sont les premières victimes.

Les revendications du syndicat portent sur : l’octroi et l’augmentation substantielle des primes de fonction spéciales, des primes de garde, des primes de monture, et l’intégration des émoluments de bi-appartement dans leur salaire ; la revalorisation de la fonction publique socio-sanitaire et de la Promotion de la Famille à travers l’adoption d’un plan de carrière pour tous, d’un plan de formation continue et d’un plan de motivation ; la satisfaction des points contenus dans les résolutions du 12ème congrès ; le maintien et l’extension des ristournes dans leur esprit d’antan ; la prise en charge à 100% des soins médicaux et du médicament du personnel socio-sanitaire et de la promotion de la famille assujettis à l’Amo conformément au Décret 002-311 du 04 juin 2012 ; l’intégration dans la fonction publique des contractuels payés sur les ressources propres, des fonds PTTE, des nourrices de la pouponnière I et la régularisation de la situation des autres catégories de travailleurs de ladite structure conformément à la réglementation du travail ; l’octroi d’autorisation et de congés de formation à tous les travailleurs ayant respecté la réglementation en vigueur ; le respect des libertés syndicales à tous les niveaux et l’annulation des mutations abusives des responsables syndicaux dont le mandat est en cours ; la régularisation des agents victimes du contrôle physique et des agents de la santé de la région de Gao omis pour les frais de retour et d’installation.

A.S.

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de