Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Gestion de la crise du Coronavirus : La FEDAMA sollicite un cadre de concertation avec le Gouvernement du Mali

mercredi 18 mars 2020

Partant du constat que le dispositif de gestion de la crise du coronavirus mis en place par le gouvernement malien provoquera l’annulation ou la suspension d’activités d’environ 300 salles de spectacles et de cinéma, de scènes de festivals et de manifestations culturelles et familiales, la FEDAMA a décidé d’attirer l’attention du Gouvernement malien sur les conséquences désastreuses si rien n’est fait dans l’urgence. « D’ici septembre 2020, nous allons assister à un manque à gagner d’environ 1 milliards 230 millions de Francs CFA et près d’une dizaine de milliers d’emplois gelés », a indiqué la FEDAMA dans une lettre ouverte adressée au Président de la République Ibrahim Boubacar Keita et remis le 18 mars 2020, au Chef de Cabinet du Ministre de la culture. Dans cette lettre, la FEDAMA exprime son inquiétude. « Si le secteur est géré comme pendant la crise de 2012, il ne se relèvera pas de sitôt », a-t-elle indiqué. Avant de préciser : « Nous sollicitons un cadre de concertation avec le gouvernement du Mali et un fond d’aide d’urgence spécifique pour éviter la banqueroute à notre secteur ». Lisez l’intégralité de la lettre ouverte !

FÉDÉRATION DES ARTISTES DU MALI, RECEPISSE N° 0370 MATCL-DNI du 28 mai 2001

Bamako le 18 mars 2020

A Monsieur Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République, Coordinateur des Actions Culturelles de l’Union Africaine

Monsieur le Président Ibrahim Boubacar Keïta,

Depuis que l’OMS a annoncé que l’épidémie du coronavirus est devenue une pandémie mondiale, le gouvernement du Mali a commencé à prendre d’importantes mesures ; parmi celles-ci la suspension de regroupements importants au Mali jusqu’à nouvel ordre, notamment les festivals et autres manifestations culturelles et artistiques.

Pour des questions de sécurité nationale, la FEDAMA souscrit entièrement à ces mesures. C’est pourquoi, ce mardi 17 mars 2020 au Complexe Culturel BlonBa, elle a rencontré les opérateurs culturels les plus actifs du Mali pour évaluer la situation et réfléchir à un cadre de concertation avec le gouvernement pour la gérer.

Il est apparu dans la réunion que la communauté des artistes et des acteurs culturels du Mali ne manque pas de volonté pour accompagner le gouvernement dans sa noble lutte contre la pandémie et se propose même de créer des supports pédagogiques et de sensibilisation. Cependant, elle ne disposera plus d’outils de travail pour vivre au Mali et à l’international jusqu’à nouvel ordre.

Notre évaluation a indiqué qu’environ 300 salles de spectacles et de cinéma, de scènes de festivals et de manifestations culturelles et familiales seront annulées ou suspendues jusqu’à nouvel ordre ; soit un manque à gagner d’ici septembre 2020 d’environ 1 milliards 230 millions de Francs CFA et près d’une dizaine de milliers d’emplois gelés. Si le secteur est géré comme pendant la crise de 2012, il ne se relèvera pas de sitôt.

Monsieur le Président Ibrahim Boubacar Keïta, nous en appelons au Président de la République et au Coordinateur des Actions Culturelles de l’Union Africaine pour une gestion efficiente et objective du secteur culturel dans cette pandémie. Nous sollicitons un cadre de concertation avec le gouvernement du Mali et un fond d’aide d’urgence spécifique pour éviter la banqueroute à notre secteur.

Nous serions également heureux de vous rencontrer et de partager avec vous le programme « Initiative pour la Culture au Mali », destiné à une réorganisation systémique de l’environnement de la culture au Mali, dans lequel sont proposés des services d’assurances spécifiques pour protéger les opérateurs culturels contre de tels aléas.

Monsieur le Président Ibrahim Boubacar Keita, la FEDAMA vous renouvelle sa disponibilité et ne vous souhaite que de la réussite dans la lutte contre la pandémie du coronavirus.

Nos respectueuses salutations.

Alioune Ifra NDiaye
Président de la FEDAMA

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.