Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Fêtes de fin d’année 2016 au Mali : Le ministère de la sécurité et de la protection civile interdit l’utilisation des pétards

mardi 13 décembre 2016

Pour la fête de fin d’année 2016, le ministère de la sécurité et de la protection civile a organisé le 9 décembre 2016, une conférence de presse, pour informer de l’interdiction d’utilisation de pétards et autres feux d’artifices sur toute l’étendue du territoire.

L’utilisation de pétards et autres feux d’artifice est une pratique très courante pendant les fêtes de fin d’année. Malgré le caractère festif lié à cette utilisation, cela constitue, un danger pour la sécurité nationale en cette période de crise.

La rencontre a enregistré la présence du commissaire principal Bakoun Kanté, de Cheick Oumar Sacko, Président du SYNACODEM et plusieurs représentants des commerçants détaillants.

Le Commissaire principal Bakoun Kanté a fait savoir que la décision prise par le ministère de la sécurité et de la protection civile concernant les pétards est très importante, car il s’agit de la sécurité nationale du pays. Il a ensuite ajouté que cela entre dans le cadre de l’application des mesures administratives prisent depuis 5 ans et qui interdisent l’utilisation des pétards compte tenu des risques et du contexte sécuritaire.

Dans son intervention le commissaire Kanté a mis l’accent sur deux points : donner l’information, réitérer l’information de l’interdiction d’importation des pétards et son utilisation, et demander l’accompagnement de la population, en particulier les commerçants pour le respect strict de cette mesure.

« L’utilisation de ces pétards trouble l’ordre public en cette période de crise », a-t-il déclaré.

Pour la sécurité nationale, pour maintenir l’ordre public dans les grandes villes et sur toute l’étendue du territoire selon lui, le ministère de la sécurité a jugé nécessaire d’interdire l’utilisation des pétards. Non seulement à cause de la période de crise mais aussi à causes des dégâts qu’ils peuvent provoqués (l’incendies).

« Ces mesures n’ont pas été prises contre les commerçants, contre une couche de la population mais uniquement pour des raisons sécuritaire », a insisté le commissaire Kanté. Avant d’ajouter que le ministère de la sécurité a pris des dispositifs pour que l’information puisse être véhiculée au niveau des écoles au sujet de ces pétards, mais aussi des feux d’artifice. Ensuite il a donné le numéro vert qui selon lui permettra à la population de dénoncer toutes personnes ayants utilisés ces pétards. C’est le suivant : 80331.

Pour sa part Cheick Oumar Sacko, Président du SYNACODEM (syndicat national des commerçants détaillants du Mali), a indiqué : « Nous sommes-là pour témoigner, accompagner et renforcer les mesures prisent par le ministère de la sécurité et de la protection civile, car la stabilité et la sécurité de notre pays concerne l’ensemble de la population ».

Le Président du SYNACODEM a souhaité que cela soit une continuité pour le bien être de toute la population.

« Nous allons faire tout notre possible pour passer l’information au niveau des commerçants », a assuré le Président du SYNACODEM

Bintou COULIBALY (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en