| |

Festival international des arts urbains : C’est parti pour la 1re édition

jeudi 24 novembre 2022

« Jeunesse et l’art, un moteur de changement », tel est le thème de la 1re édition du festival international des arts urbains (FIAU), organisé par le groupe Agoratoire du 24 au 26 novembre 2022.

Amener la jeunesse à apporter un changement positif par le biais de l’art dans leur communauté, en s’impliquant au développement et à la bonne gouvernance dans leur pays, aider les jeunes à créer la confiance entre les dirigeants et les dirigés. Ce sont-là, les objectifs principaux du Festival international des arts urbains (FIAU). Il s’agira aussi, lors de ces trois jours, de faire la promotion des différentes disciplines des arts urbains (Slam, Rap, Break-dance Graffiti, Théâtre…).

Au menu de cette première édition, on a un programme alléchant : Un panel de discussion sur « jeunesse et art, un moteur de changement » ; une performance slam et RAP animée par la plume, Momo Flow et Lil King. La cérémonie d’ouverture officielle qui s’est déroulée le 24 novembre 2022 à la bibliothèque nationale, a enregistré un spectacle des arts urbains, la restitution des ateliers de formation, le duo du Sénégal, des prestations de Sékou Ouloguèm, de Maralinké, de Tata pound et la Plume. Pour le reste du programme, il est prévu, les prestations de Patin Gross Hip Hop Show, Break dance, Graffiti (Ben Vs Zenix) ; Grand concert Hip Hop.

Le FIAU se déroulera sur les sites suivants : bibliothèque nationale, terrain de Basket Ball face à la pharmacie du Badiala 1. Pour revivre ce moment de culture et de l’art, le FIAU prévoit les artistes comme Didier Awadi, le Duo du Sénégal, Sékou Ouloguèm (Belgique), Maralinké, Club Slam Agoratoire, la Plume, Bamabi, Momo Flow, Tata Pound, Mariam Doumbia.

Financé par la délégation de l’Union Européenne, selon la directrice exécutive du groupe Agoratoire, Aichata Diarra, ce festival s’inscrit dans le projet artistique Danaya ni Dambé, qui vise à dénicher les jeunes talents dans les disciplines artistiques des arts urbains, et de donner un espace de production et de diffusion aux artistes en herbe déjà confirmés.

Notons que l’action Danaya ni Dambé se présente sous deux trajectoires d’expression artistiques pour que les jeunes adressent les défis de la bonne gouvernance et du développement du Mali. La première consiste à initier les jeunes des quartiers de Bamako dans des disciplines des arts urbains choisis et ainsi s’exprimer et créer des opportunités de se faire entendre. La deuxième trajectoire consiste à renforcer des artistes prometteurs à s’exprimer sur les thématiques de la gouvernance et du développement, et les accompagner à se produire et à diffuser leurs œuvres artistiques. Les deux trajectoires se croisent là où certains artistes, jeunes eux et elles – mêmes, seront des coaches des autres jeunes et des jeunes vivant avec handicap. L’un des objectifs est de contribuer à briser des tabous et des normes sociales néfastes stigmatisant, par une jeunesse bien outillée , qui vocalise ses besoins et ses pistes de solutions pour le Mali et plus précisément pour le Bamako d’aujourd’hui et de demain. Les disciplines prévues sont : Slam, Théâtre, Rap, Graffiti / Caricature , Break Dance , Art numérique.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav