Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Festival de Sélingué 2019 : Sidiki Diabaté à la reconquête de son public malien

mercredi 3 avril 2019

Dans le cadre du Festival International de Sélingué 2019, Sidiki Diabaté a sûrement fait son meilleur concert au Mali depuis quelques années. Et, du tout coup l’on peut sans risque de se tromper dire que l’artiste était en phase avec son public. N’a-t-il pas réussi la reconquête de son public ?

De mémoire de participant au Festival de Sélingué et des trois participations du prodige de la musique malienne à cette manifestation, l’on retient que sa prestation de cette année a battu tous les records en termes de qualité. Ce n’est un secret pour personne et sûrement pas pour lui-même, le célèbre fils de Toumani Diabaté, d’édition en édition passait pratiquement à côté de son sujet. A la limite, nombreux sont les fans de Sidiki Diabaté qui quittaient le concert très déçus de la prestation de leur idole. Mais, cette année telle n’a pas été le cas. Le Publique est pratiquement resté jusqu’à la fin de sa prestation. Et, nous pouvons féliciter Sidiki Diabaté pour cela et lui demander de continuer sur cette lancée.

Sidiki Diabaté gagne en maturité et cela se ressent désormais dans manière de faire les choses. En effet, quand on décide de vivre de son talent, comme c’est le cas pour lui, on ne doit rien faire au hasard. Un spectacle se prépare. Et, à Sélingué l’on avait l’impression que Sidiki Diabaté a préparé sa prestation. Il y avait très peu de place pour les improvisations qui ne lui réussit le plus souvent. Et, Sidiki Diabaté à très peu improvisé ce soir-là, sa prestation sur la scène a été épurée de plusieurs déchets intitules.

L’artiste a désormais un orchestre digne de nom qui arrive à restituer des sons qui font la particularité de Sidiki Diabaté. Cependant, il faut regretter le nombre un peu pléthorique des musiciens. En plus des deux managers de l’artiste, il faut dire qu’il y avait pratiquement une vingtaine de musiciens sur scène. Au mali, cela est acceptable. Mais pour un spectacle en dehors du Mali, aucun tourneur ne va prêter le flanc à payer une vingtaine de billets d’avion et à prévoir une vingtaine de chambres d’hôtel pour un groupe fut-il celui de Sidiki Diabaté. Donc, pour être plus performant, il va falloir que Sidiki Diabaté se remette au travail pour avoir la qualité du spectacle de Sélingué avec un nombre très réduit de musiciens.

Des louanges aux bienfaiteurs de trop dans le cadre d’un festival

En plus du fait d’avoir pris de trop de temps pour installer le groupe sur scène, parce que n’ayant pas sûrement fait la balance, Sidiki Diabaté doit avoir à l’esprit qu’un concert dans un festival est différent d’un « soumou ». Si dans un « Soumou », le griot peut se permettre de chanter les louanges de ses bienfaiteurs, le concert dans la cadre d’un festival n’est pas le lieu indiqué pour de telles pratiques. En effet, c’est un contrat moral qui lie l’organisateur du festival, l’artiste programmé et le public qui paye un ticket ou un bracelet pour avoir accès au spectacle. Personne. Nous disons bien personne ne paye son ticket ou son bracelet pour venir écouter un artiste chanter les louanges d’autres personnes.

Le fait pour l’artiste Cheick Sirima Cissoko de monter sur scène pour chanter les louanges de Sidiki Diabaté et rappeler aux festivaliers la valeur ajoutée du prodige de la musique malienne sur la scène internationale, était compréhensible. Cela, a apporté quelque chose d’émouvant à la beauté du spectacle. Mais, le fait pour Sidiki Diabaté de consacrer un morceau entier aux louanges de ses bienfaiteurs dans un tel spectacle, était très mal inspiré.

Et, nous pensons sincèrement que pour la professionnalisation du jeu des artistes maliens sur les scènes de concerts dans le cadre des festivals, il va falloir que les organisateurs prévoient une clause qui interdit des louanges exagérés. Un concert dans le cadre d’un festival, n’est pas un « soumou ». Que cela soit clair pour de bon pour tous. Qu’à cela ne tienne, nous tirons notre chapeau à Sidiki Diabaté et à son groupe pour la performance réalisée à Sélingué.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.