• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Séminaire de restitution de l’étude actuarielle des régimes gérés par l’INPS : Ce qu’il faut savoir

    L’an deux mille dix-huit et le 19 juin s’est tenu à Bamako, à l’hôtel Maeva, le séminaire de restitution de l’étude actuarielle sur les régimes de prévoyance sociale gérés par l’ institut National de Prévoyance Sociale. Le présent séminaire avait pour objectif

    Programme de Renforcement des capacités pour l’éducation au Mali : Vers l’élaboration d’une Stratégie Nationale pour le Développement des Statistiques de l’Education

    Dans l’objectif d’élaborer la cartographie des données pour le Cadre National des Indicateurs (CNI) et le plan de collecte des données requises, le Bureau de l’UNESCO à Bamako, en collaboration avec le Ministère de l’Education Nationale, et avec l’appui technique

    Programme pour la Consolidation de la Paix au Mali : la planification des activités a été élaborée de manière participative

    Le Bureau de l’UNESCO à Bamako a organisé, du 4 au 7 juin 2018 à Ségou, l’atelier sur l’élaboration du Manuel de formation et de planification des activités du programme sur les fonds pour la Consolidation de la Paix « Peacebuilding fund » (PBF), dénommé « Les

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    FESPACO 2017 : Le Mali sera représenté par le film « Wulu » de Daouda Coulibaly

    vendredi 6 janvier 2017 , par Assane Koné

    Il est d’époque. Il est en rupture avec les films fortement en relation avec la tradition que nous avons l’habitude de voir du côté des réalisateurs maliens. Il traite du trafic de la drogue. Il croque la vie moderne dans une ville de l’Afrique de l’ouest. Il a été tourné entre Dakar et Bamako. Son réalisateur est un jeune malien de la diaspora malien vivant à Marseille en France. Il a déjà eu des lauriers au Fespaco avec son film de fiction court métrage « TienSo ». Il s’appelle Daouda Coulibaly et son premier film long métrage qui va défendre les couleurs du cinéma malien au FESPACO 2017, s’appelle « Wulu ».

    Nombreux étaient les professionnels du secteur cinéma malien qui espéraient que le Mali allait avoir deux films long métrage dans la compétition officielle des films de fictions de l’édition 2017 du FESPACO. Deux réalisateurs maliens avaient postulé pour cette compétition. Daouda Coulibaly avec son film intitulé « Wulu », qui nous fait revivre les réseaux mafieux de trafic de drogue dans le Sahara et Ibrahim Touré avec le film « Kousaw » qui traite de la question de l’occupation du Nord Mali par les forces Djihadistes.

    La liste publiée lors du lancement officiel de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision d’Ouagadougou (FESPACO), qui s’est déroulé le jeudi 5 janvier 2017 dans la salle Kodjo EBOUCLE au Palais de la Culture de Treichville à Abidjan en Côte d’ Ivoire, fait référence à un seul film malien retenu parmi les 20 films en compétition. C’est le film « Wulu » de Daouda Coulibaly qui va représenter le Mali.

    Lorsque le Mali sera représenté par un seul film, le Burkina Faso , pays organisateur, a le privilège d’être représenté par 3 films et la Côte d’Ivoire, pays invité d’honneur, le Maroc et l’Algérie, auront chacun deux films dans la compétition.

    Tous les autres pays que sont, le Cameroun, le Niger, le Ghana, le Mali, la Guadeloupe, la Tunisie, l’Ethiopie, Sénégal, l’Afrique du Sud et la Tanzanie, seront représentés par un seul film.
    Il faut dire que les 20 films sont originaires de 14 pays d’Afrique et de la Diaspora.

    Les 20 films en compétition Fiction long métrage, du 25 février au 5 mars 2017, pour l’étalon de Yennega 2017, sont :

    - A mile in my shoes de Saïd KHALLAF (Maroc)
    - Aisha de Chande OMAR (Tanzanie)
    A la recherche du pouvoir perdu de Mohammed Ahed BENSOUDA (Maroc)
    Félicité de Alain Formose GOMIS (Sénégal)
    Fre de Kinfe BANBU (Ethiopie)
    Frontières de Appolline Woye TRAORE (Burkina Faso)
    Innocent malgré tout de Kouamé Jean De Dieu KONAN/ Kouamé Mathurin Samuel CODJOVI (Côte d’Ivoire)
    L’interprète de Olivier Meliche KONE (Côte d’Ivoire)
    L’orage africain – Un continent sous influence de Sylvestre AMOUSSOU (Bénin)
    La forêt du Niolo de Adama ROAMBA (Burkina Faso)
    Le gang des Antillais de Jean Claude BARNY (Guadeloupe)
    Le puits de Lotfi BOUCHOUCHI (Algérie)
    Les Tourments de Sidali FETTAR (Algérie)
    Life point de Brice ACHILLE (Cameroun)
    Lilia, une fille tunisienne de Mohamed ZRAN (Tunisie)
    Praising the Lord plus one de Kwaw Paintsil ANSAH (Ghana)
    The lucky specials de Rea RANGAKA (Afrique du Sud)
    Thom de Tahirou Tasséré OUEDRAOGO (Burkina Faso)
    Wulu de Daouda COULIBALY (Mali)
    Zin’naariya ! de Rahmatou KEÏTA (Niger)

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce