FAIVA 2020 : C’est parti pour la 9ème édition à la Place CAN

vendredi 17 janvier 2020

Dans le cadre de l’ouverture de la 9ème édition du Festival Africain d’images virtuelles artistiques (FAIVA), sous la houlette du Centre Soleil d’Afrique, les artistes des arts visuels du Mali, toutes générations confondues, se mobilisés le 17 janvier 2020, à la Place CAN de Bamako ACI.

« Au programme de cette édition, nous aurons des expositions d’art, des projections de vidéos d’art à ciel ouvert, des projections de films court métrage suivie d’interaction avec le public, des déambulations folkloriques, des ateliers d’art plastique avec les enfants, une cérémonie de causeries débats dénommée « cérémonie de thé ». C’est par ces propos que Hama Goro, Directeur du Centre Soleil d’Afrique, a introduit ses propos lors de la cérémonie d’ouverture de la 9ème édition du Festival Africain d’images virtuelles artistiques, qui aura lieu du 17 au 19 janvier 2020.

Hama Goro a précisé qu’en amont de l’édition 2020 du FAIVA, placée sous le thème « La Voix des sans voix », un atelier jumelé de la photographie et de la vidéo, a réuni une vingtaine d’artistes depuis le 12 janvier 2020, dans le cadre du programme Polyphonie pour la paix. Il a invité les bamakois à venir pendant le week-end du 17 au 19 janvier 2020, pour découvrir l’exposition qui sera faite autour des résultats de cet atelier et les expositions qui seront montées par les structures membres de l’écosystème du Centre Soleil d’Afrique.

Hama Goro a mis un accent particulier sur la nouvelle collaboration entre le FAIVA et le Festival Ciné à dos du Groupe Walaha. Dans le cadre de cette 9ème édition, en plus de soutiens multiformes, le Groupe Walaha va animer l’une des grandes innovations, à travers l’organisation de projections de films dans le camp des réfugiés de Diatoula.

Au nom de Madame le Ministre de la Culture, Bourama Fofana, Directeur du Conservatoire Balla Fasséké, a salué cette belle initiative du Centre Soleil d’Afrique qui contribue fortement à la promotion et à la visibilité des arts visuels et des arts numériques au Mali. Il a souhaité un plain succès à la 9ème édition de FAIVA.


L’amitié vue par la Compagnie NAMA

Mais, avant, deux groupes de musiciens, précédés par les marionnettes géantes de la compagnie NAMA, se sont succédés sur la scène pour une animation musicale de grand niveau. Pour l’ouverture de l’édition 2020 du FAIVA, la Compagnie NAMA a mis au goût du jour son spectacle intitulé « L’amitié », a lequel elle a remporté le 27 juillet 2017, la médaille de bronze de la compétition dans la catégorie marionnettes géantes, lors des jeux de la Francophonie à Abidjan.

En plus de l’esthétique des marionnettes, le jeu de balafon très rythmé et particulier de Neba Solo, la Compagnie NAMA a monté son spectacle autour d’un texte de Ombotimbé Boukary qui loue les mérites de l’amitié. Elle a aussi eu l’intelligence de faire intervenir la danseuse Bibata Maîga en sonraï et Lamissa Traoré (acteur cinéma dans le rôle de Biton dans les rois de Ségou) en Sénoufo. La metteuse en scène Mama Koné a été sollicitée pour les paroles en français et bambara, au moment où Ombotimbé Boukary se chargeait de louer les valeurs de l’amitié en Dogon. Ce spectacle expose un pan de notre riche culture malienne à travers sa diversité de complémentarité pour dire à qui veut l’entendre et même à ceux qui ne veulent pas le comprendre que le Mali a été une nation avant de devenir un état. Et, pour parler d’amitié, la compagnie NAMA a mis sur scène quatre ethnies maliennes (Bambara, Senoufo, Dogon et Sonrhaï). Toutes ces ethnies ont été symbolisées par une marionnette géante différente des autres en termes de phénotype, de faciès et de tenue vestimentaires. Mais, le génie de la compagnie NAMA va annihiler cette différence apparente.

Les Tamans de Cheickne invitent à la mobilisation

Cheickne Sissoko et ses cinq Tamans ont résonné comme un appel de la population à venir participer à la 9ème édition du FAIVA. Le Groupe Somané a été mis à contribution pour faire de cette cérémonie d’ouverture une véritable fête culturelle. Et, les tamans ont virevolté pour le plaisir des oreilles connaisseuses, même pour ceux qui n’y comprennent que la belle mélodie.

« Si bémol majeur », cet orchestre dont on parlera

Dirigé de main de maître par Kempes Sacko, enseignant de musique, « Si bémol majeur » ne cessera d’émerveiller le public malien. Comme le vin se bonifie avec le temps, de spectacle en spectacle, le « Si bémol majeur » prend des grades. Malgré qu’il soit composé d’élèves de l’Institut national des Arts et du Conservatoire, cet orchestre joue sans complexe. Et, une fois de plus, il a émerveillé la place CAN avec ses belles sonorités et mélodies.

Place CAN, un point de convergence avec un programme attractif

Dans le cadre de cette 9ème édition du FAIVA, les organisateurs ont proposé un programme attrayant.

Le vendredi 17 janvier 2020, à partir de 20 heures, il est prévu la projection de vidéos d’art et de films court-métrage. Et, à partir de 22 heures, un concert grand public est annoncé avec des Groupes comme : Orchestre Korê, le Groupe Cheick 5 tamans, Founé Bella, le Slam et le Rap.

Le Samedi 18 janvier 2020, le programme démarrera à 10 heures avec le vernissage des expositions à la place CAN, qui sera suivi à 11 heures par l’atelier d’art plastique avec les enfants. Et, à 16 heures, les enfants céderont la place à leurs parents et grands frères, pour la cérémonie de Thé avec des causeries débats et des animations musicales. Ce même jour à partir de 18 heures, il est prévu une projection de films au camp des déplacés de Djatoula. Et, à 20 heures à la place CAN, l’on pourra suivre des projections de vidéos et des débats sur les arts numériques. Il est prévu un concert de musique à parti de 22 heures 30, avec Petit Goro et des comédiens.

Le Dimanche 19 janvier 2020, il est prévu une causerie débats sur l’art numérique au Centre Soleil d’Afrique à l’ACI 2000. Au même moment, la place CAN va accueillir un moment de contes pour les enfants. Et, c’est à partir de 15 heures que démarrera la cérémonie de clôture de la 9ème édition du FAIVA.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav