Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Extraction minière : Vers une harmonisation des synergies des acteurs pour le respect des droits des communautés

lundi 15 octobre 2018

La Fondation pour le développement au Sahel (FDS) a organisé le 15 octobre 2018, la cérémonie d’ouverture d’un atelier de dissémination du rapport de l’Etude sur l’analyse des droits des communautés face aux projets extractifs/cartographie des acteurs et des initiatives pour les droits des communautés. Cet atelier de deux jours se tient à la Maison du Partenariat Angers-Bamako.

En Afrique de l’ouest, l’exploitation minière, qu’elle soit artisanale ou industrielle, est en passe de devenir une activité principale pratiquement dans tous les pays. Mais, en même temps, il est admis que l’or ne brille pas pour les différentes communautés où il est exploité. En un mot, les droits de tenure des communautés et la gestion transparente et équitable des bénéfices tirés de l’exploitation minérale au profit des communautés, ne sont pas garantis. Et, du coup, exploitation minière rime le plus souvent avec la misère des communautés.

Et, comme cela ne peut plus continuer, des OSC de la société civile ont décidé de se donner la main pour renverser la situation. Elles se sont fixées l’objectif d’amener les décideurs du Burkina Faso, du Mali et du Sénégal à prendre des engagements pour le respect des droits de Tenure et le partage équitable de bénéfices des industries extractives au profit des communautés locales.

Tiémoko Souleymane Sangaré de La Fondation pour le développement au Sahel (FDS), a rappelé que les organisations sous régionales, comme la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ont initié des dispositions permettant d’harmoniser les textes des pays membres et prendre des mesures de protection des droits des communautés locales lors de l’exploration et de l’exploitation des ressources minérales sur leur terroir. Il a aussi mis l’accent sur le fait que les communautés organisées, les organisations de défense des droits humains, les organisations de la société civile locale, nationale et internationale mènent des actions visant à promouvoir les droits de tenure des communautés et de veiller à une gestion transparente et équitable des bénéfices tirés de l’exploitation minérale au profit des communautés. « Malgré ces initiatives et actions engagées par ces acteurs, les bénéfices de l’exploitation des ressources ne profitent pas aux communautés à hauteur de souhait », a-t-il déclaré. Et, pour cela, il a indiqué qu’il s’avère aujourd’hui indispensable de mettre en synergie les efforts des différents acteurs à différents niveaux (sous régional, national et local) afin d’apporter un changement tangible à cette situation au profit des communautés locales.

C’est dans cette optique que la FDS, avec l’appui de Rights Ressources, à travers Helvetas Swiss Intercoorporation au Mali, a initié une étude dans les trois pays de mars à avril 2018, afin de faire un inventaire des textes au niveau des pays et au niveau sous régional. Cette étude devait aussi permettre de dresser une cartographie des organisations et partenaires dans les 3 pays et de poser une analyse des textes et des actions menées par les différents acteurs. Elle devait aussi faire une analyse de la prise en compte des droits de Tenure, du Genre et du partage équitable des bénéfices de l’exploitation des ressources minérales au profit des communautés locales.

Pour sa part, et pour le compte de Helvetas Swiss Intercoorporation au Mali, Boubacar Diarra, Conseiller Programme, a remercié la Fondation pour le Développement au Sahel (FDS) pour l’organisation de ce forum important pour les communautés de notre région. Selon lui, la rencontre s’inscrit dans le cadre d’une initiative des membres de Rights and ressources Initiative, une Coalition d’Organisations Internationales et communautaires basées à Washington et qui appui les communautés dans la lutte pour leurs droits de Tenure sur les ressources naturelles.

Il dira que cette initiative portée par Helvetas Swiss Intercoopération dans la sous région et mise en œuvre au Mali par la FDS, vise à faire une cartographie des acteurs intervenants sur les questions de droit de tenure et d’équité dans le partage des bénéfices de l’exploitation minière au profit des communautés. « Cette initiative ambitionne une mise en synergie des initiatives des acteurs afin de mener des actions communes afin d’obtenir plus de droits et un partage équitable des bénéficies de l’exploitation minière au profit des communautés du Mali », a-t-il déclaré. Avant d’indiquer que personne n’ignore les grands enjeux liés à la question minière au Mali. Selon lui, on a coutume de dire que « l’or ne brille pas pour les communautés au Mali ».

Il a ensuite précisé que dans le cadre de cette initiative, durant le mois de mars 2018, un consultant a eu pour mission d’établir une cartographie des acteurs et des projets intervenants sur la question. « Il a produit un rapport que nous allons partager aujourd’hui. Sur la base des constats qu’il a faits et de nos suggestions, nous serons invité à adopter une position commune pour un plaidoyer commun », a-t-il indiqué.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en