Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Exposition « La carte n’est pas le territoire » : Quand Valérie Oka revisite des figures noires disparues

jeudi 31 mai 2018

Déjà connue pour l’immensité de son travail artistique, Valérie Oka vient de frapper un grand coup avec « La carte n’est pas le territoire ». Ici, l’artiste au sommet de sa pratique artistique, fusionne le dessin traditionnel au crayon avec le digital, pour créer une réalité virtuelle.

Dans le cadre de l’édition 2018 de Dak’Art, Valérie Oka a présenté du 3 au 18 mai 2018, son exposition d’art contemporain numérique, intitulée « La carte n’est pas le territoire ». C’est chez Akewa concept, dans le quartier Ngor, que l’artiste ivoirienne a monté une exposition moitié réelle et moitié virtuelle. Mais, l’on retient qu’elle y a mis en valeur des figures de l’Afrique et du peuple noir qui ont marqué l’histoire.

Valérie Oka dit que son exposition a été construite comme une performance et présentée comme une installation. « La carte n’est pas le territoire » est une exposition numérique dont une moitié est réelle et l’autre est virtuelle. Cette exposition présente d’une part, des dessins/portraits sur reboard de figures du peuple noir qui ont marqué l’histoire et d’autres part, elle nous transporte dans une galerie imaginaire, via une réalité virtuelle, dans l’histoire des indépendances africaines avec des personnages emblématiques dont certains sont appelés les pères fondateurs, ou les pères de l’indépendance.

« La carte n’est pas le territoire », est une exposition en trois actes. Le premier acte, présente des « figures emblématiques de l’histoire des indépendances africaines ». Ici, ce sont 36 œuvres qui sont projetées dans une galerie virtuelle via des casques adaptés. « Cette réalité virtuelle transporte le spectateur dans un univers virtuel où se poursuit l’exposition », nous a indiqué l’artiste.

Ensuite, le deuxième acte, qu’elle a bien voulu intituler « En attendant les barbares », est une série de 36 œuvres projetées en réalité virtuelle via des casques adaptés. Ici, l’artiste revient sur les figures emblématiques avant la colonisation, les rois, les reines, guerriers, guerrières.

Enfin, le troisième acte intitulé « Héros ». Dans cette série l’artiste présente des figures emblématiques de l’histoire du peuple noir ».

Le travail de Valérie Oka est captivant à plus d’un titre. Et, il ne pouvait en être autrement quand on se rend compte que l’artiste a pris le soin de rappelé à notre mémoire collective et individuelle des illustres personnalités comme : Nelson Mandela, Aimé Césaire, Léopold Sedar Senghor, Bilie Holiday, Martin Luther King, Mohamed Ali, Félix Houphouët Boigny, Nkwamé Nkrumah, Louis Armstrong, Bob Marley, Fela Anikulapo Kuti…

En alliant le dessin traditionnel au crayon au digital, Valérie Oka explore une nouvelle approche qui l’aide à interroger les frontières entre l’art traditionnel et l’art numérique, entre le réel et le virtuel, entre l’histoire racontée et la vérité historique, entre « représentation » et « chose représentée ». « Cette approche fait tomber les barrières de notre regard sur le monde… », a-t-elle indiqué. Dans tous les cas, pour Valérie Oka, « La carte n’est pas le territoire ». Pour elle, la carte est la vision que l’on donne des choses, tandis que le territoire est le réel, cette chose réelle que tente de représenter la carte ».

Il faut dire que cette exposition a déjà été montrée à SOFITEL Abidjan du 6 au 31 mars 2018, durant le MASA et le African CEO Forum. Après Dakar, l’exposition ira à Paris en décembre pour être montrée dans le Hall SEGUR, au siège de l’UNESCO, en marge du 12ème Comité intergouvernemental sur la Convention 2005.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.