• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    La MINUSMA condamne fermement l’attaque contre le camp onusien à Kidal

    Tessalit, le 22 mars 2018 – La MINUSMA condamne de la façon la plus ferme l’attaque perpétrée contre le camp de la mission à Kidal. Tôt ce matin, le camp de la MINUSMA a en effet été la cible de tirs indirects aux mortiers. Selon les rapports préliminaires, des

    Nord du Mali : Gatia-MSA annoncent la neutralisation de Almahmoud Ag Iddar Alias Mokossi

    « Almahmoud Ag Iddar Alias Mokossi le numéro trois (3) de l’organisation criminelle sévissant dans la zone, ainsi que six (6) autres bandits ont été́ neutralisés, trois (3) bandits immobilisés en instance d’être remis aux autorités, quatre (4) véhicules

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Exécution de 7 personnes dans la commune de Sokolo : Le parti SADI exige que la lumière soit faite

    dimanche 25 février 2018 , par Assane Koné

    « Le parti SADI a appris avec consternation l’exécution de sept personnes enlevées ce mercredi, 21 février 2018 pendant qu’elles célébraient le baptême de leur enfant dans le village de NANGARABAKAN, (commune de Sokolo) », indique le Communiqué publié le 23 février 2018, avant de demander que « la lumière soit faite sur les événements d’hier dans le village de Nangarabankan, que les auteurs et les commanditaires de ces assassinats soient traduits devant la justice ». Lisez l’intégralité du Communiqué !

    Bamako, le 23/février/2018
    Déclaration sur la Situation Sécuritaire et les exactions dans le centre du MALI

    Le parti SADI a appris avec consternation l’exécution de sept personnes enlevées ce mercredi, 21 février 2018 pendant qu’elles célébraient le baptême de leur enfant dans le village de NANGARABAKAN, ( commune de Sokolo).

    Il s’agit de :

    1) Modibo Hammadi BAH dit Bailo, chef de village de Diadia (père de l’enfant) ;
    2) Mama MODIBO BAH (fils du chef de village de Diadia) ;
    3) Hammadi BAH dit Bogho (neveux du chef de village ;
    4) Ibrahima BAH (grand frère du chef de village de Didia) ;
    5) Allaye Bara CISSE ;
    6) Brehima SOW (imam) ;
    7) Samba SOW (neveux de l’imam).

    Nous avons déjà connu ces pratiques entre 1991 et 95 dans le nord Mali. Certains de ceux qui étaient à la manœuvre en 1991-95 se retrouvent encore aujourd’hui aux commandes de l’appareil d’Etat.

    Le parti SADI exige que la lumière soit faite sur les événements d’hier dans le village de Nangarabankan, que les auteurs et les commanditaires de ces assassinats soient traduits devant la justice.

    Le parti SADI s’alarme des informations faisant état d’arrestations de personnes sur la seule base ethnique dans les zones de : Niono (km 39), Diabaly, Sokolo, Nampala, Soumpi ( Attara) et dans le Kareri.

    Le parti SADI rappelle que l’exécutif actuel a toujours utilisé la violence chaque fois que son projet politique est contrarié : Elections bâclées et annulées de 1997, affrontement entre militaires maliens le 30 septembre 2013, Kidal en mai 2014, l’incitation à la création de milices ethniques…..

    Le parti SADI appelle le peuple malien à se mobiliser pour mettre fin au système de prédation installé par « les Patriotes et Démocrates » auto- proclamés en votant massivement contre IBK ET TOUT PARTI ISSU de L’ADEMA aux élections prochaines.

    Le part SADI s’incline devant la mémoire des victimes de ce conflit absurde et appelle nos forces de défense et de sécurité à éviter d’être le bras armé du système de prédation installé par certains cadres de l’Adema et les partis qui en sont issus depuis 1992.

    LE Secrétaire aux Relations Extérieures du Bureau Politique
    YEHIA AG MOHAMED ALi
    Ancien Ministre
    Officier de l’Ordre National

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce