Version imprimable de cet article Version imprimable | |

En prélude à la fête de tabaski : Effervescence autour du mouton

mercredi 23 août 2017

A quelques jours de la fête deTabaski, c’est l’effervescence autour du mouton dans le plus grand marché à bétail de Bamako et environs.

Situé sur la route de Kabala, le marché de moutons de Kalabancoro est très animé à dix jours de la fête de tabaski. Ce marché qui est le principal du quartier ne désemplit pas. Ici, les prix des bêtes dédiées au sacrifice sont à la portée du Malien moyen.

Les moutons sont déchargés des camions sous le regard vigilant d’Aly Karembeta, qui nous fait voir ses bêtes. « Toutes les bourses peuvent trouver leur compte ici », nous assure-t-il d’emblée. « A l’approche de la Tabaski, je vends entre 4 et 5 moutons par jour. C’est meilleur que l’année dernière ».

Chez Aly, il faut débourser 60 000 F CFA pour avoir un mouton « acceptable ». Les prix oscillent entre 35 000 F CFA pour les plus petits et 180 000 F CFA pour les plus gros. « Cette année, le prix du mouton de façon générale est moins cher par rapport à l’année dernière », selon Aly Karambeta.

Autre lieu, autre décor, le marché de moutons de Faladié sur l’avenue communément appelée « 30 Mètres », est la grande attraction des Bamakois à cause de la forte présence des moutons. Au moment de notre passage, nous avons coïncidé avec l’arrivée de camions en provenance de l’intérieur du pays, notamment les régions du Nord et de l’Est.

Vendeur de moutons sur le marché à bétail depuis plus de dix ans, Sanoudié Maïga, affirme que les prix des moutons varient, selon la taille du mouton entre 40 000 F CFA et 400 000 F CFA.

Au marché à bétail de Faladié, ce sont des marchandages entre acheteurs et vendeurs. « Je viens d’acheter mon mouton que j’estime bien nourri à 55 000 F CFA. Je trouve que les prix sont à la portée des bourses de la plus part des acheteurs », nous a confié Mamadou Diarra, enseignant. « C’est encore mieux d’acheter maintenant, sinon les prix vont flamber à la veille du jour-j », a-t-il ajouté.

Le souci de tout fidèle musulman en cette veille de Tabaski, c’est de pouvoir sacrifier le mouton répondant aux prescriptions de l’islam. D’après les préceptes coraniques, le bélier du sacrifice doit être en bonne forme physique, non castré et âgé d’au moins six mois.

Le sacrifice de mouton symbolise la soumission à son Seigneur. Car, c’est par soumission et obéissance à Dieu qu’Ibrahim a voulu sacrifier son fils. Quand il a dit à son enfant que Dieu l’a enjoint de l’immoler (NDRL : confère sourate 37 du Coran) ; l’enfant lui a répondu : « Obéis à ton Seigneur et tu me verras soumis à cela ».

A.S.

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en