• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Echos Star : Modibo Fofana dit Sarafo, un artiste atypique

    mardi 24 janvier 2017 , par Assane Koné

    Qui aurait pu imaginer qu’un enfant ayant démarré ses études à l’école franco-arabe pouvait basculer sur la scène musicale ? En tout cas c’est le cas de Sarafo, qui un talent à revendre.

    Né à Bamako dans le quartier Hippodrome en commun II, durant son enfance il fréquente l’école franco-arabe dans la ville de Bamako. A l’âge de 11 ans Modibo Fofana s’en va approfondir le savoir coranique auprès de son maitre Sada Touré, la cité des 4444 Balazan.

    Chaque jour au retour de l’école, la curiosité le pousse à pénétrer dans l’aire de répétition du Super Biton national à Ségou. Peu à peu, il est passionné par la musique et commence à côtoyer les artistes de renommée dont feu Karamoko Niang, feu Ibrahima Dionmana dit Barbu et Cubain.

    C’est alors que Karamoko Niang lui conseilla de faire le pas dans la sphère de la musique. Petit à petit, il apprit à jouer à la calebasse. Il arriva à Bamako avec ce bagage musical et intègre le groupe Babemba dirigé par Soumaila Coulibaly. Ce dernier lui appris à manier divers instruments de musiques traditionnels dont le djembé et la kora pendant deux longues années.

    Au retour à Bamako, il rencontre son mentor Barbu alors professeur de musique à l’institut national des arts de Bamako, qui à son tour lui enseigne le maniement du bolon. Ces expériences éveillèrent en lui la nécessité de faire carrière dans le domaine musical.

    Dès lors, il commence à intégrer les rangs du super Diata Band, puis le Badema national et enfin le Dankou. Ce fut l’occasion pour l’artiste de multiplier les amitiés avec les jeunes artistes talentueux de la place à l’image de Raf, Lassina Coulibaly dit King Massassi, Tassouma woyo.

    En 2013, il décide de créer le groupe Kandia avec lequel il fraye son chemin et participe à divers festivals ici et ailleurs. Le dernier en date s’est déroulé en Belgique. Le jeune reste déterminé pour réussir dans l’expression musicale.

    Eros

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce